La Nouvelle Tribune

Terrorisme au Nigéria : «Si nous nous taisons, ça veut dire que nous cautionnons » dixit l’Imam Youssouf Ligaly

Espace membre

C’est sur une natte en plastique étalée dans un coin de  la mosquée centrale de Cadjèhoun à Cotonou, au milieu d’un ordinateur et des écrits en arabe, que la rédaction de Lnt a retrouvé l’imam adjoint de ladite mosquée, El-Hadj Youssouf Ligaly pour un entretien sur l’actualité brûlante de la menace de la secte islamiste radicale Boko Haram qui sévit sans état d’âme au Nigéria voisin. 

Il ne retrouve pas de verset du Coran recommandant ces attaques, invite d’une part ses pairs à ne pas observer un silence coupable et le chef de la secte Boko Haram à  bien relire le saint coran.

L’actualité aujourd’hui est la multiplication d’actes terroristes par des personnes qui se revendiquent islamistes. Que dites-vous du terrorisme et de l’Islam?

Au nom d’Allah le très miséricordieux, je vous dis merci. Vous savez, «Islam » est un mot arabe qui signifie paix. Quand on dit « as Salam Malé Kun » ça veut dire que « la paix soit avec vous». Quelqu’un qui dit « as Salam Malé Kun »et qui n’agit pas conformément à ce qu’il a dit, a un problème. L’Islam en réalité est par excellence, une religion de paix, d’amour, de partage. Mais il y a certaines personnes qui veulent ternir l’image de l’Islam. Ceux qu’on voit qui parlent arabe et qui étranglent les gens avec des formules mal prononcées ne sont pas des musulmans. Ils sont en apprentissage et ils ont des gens qui les poussent à le faire. Les guerres contre les  occidentaux, les guerres contre les religions, ce n’est pas l’Islam. C’est des gens qui luttent pour leurs propres intérêts (...). Tout ce qui se  passe aujourd’hui au nom de Dieu,  je vous jure qu’il n’y a nulle part dans le saint Coran où il est mentionné d’aller faire des choses comme ça. Alors il faut que les islamologues, les maîtres coraniques, les musulmans, tous ceux qui sont imprégnés du sujet montent au créneau pour dénoncer cela sinon si nous nous taisons, ça veut dire que nous cautionnons.

Boko Haram dans ses luttes implacables  refuse l’éducation occidentale, la  scolarisation des filles. Que pensez-vous de ce qu’ils appellent l’école du blanc?

Oui l’école du blanc. Si l’école est pour l’éducation, acquérir la connaissance, pour développer ce qui n’est pas développé,  ou pour contribuer à la paix, il n’y a pas de contrainte là, il n’y a pas de soucis là. Le prophète Mahomet a mentionné dans l’un de ses hadiths « meilleur est celui d’entre vous qui apprend et l’apprend à son prochain. Le meilleur est celui qui va apprendre et  vient enseigner à d’autres personnes». Donc, études occidentales ou pas, si c’est pour contribuer au développement d’une nation, à l’éducation des enfants, de la jeunesse, il n’y a pas de  problème. Sauf si dans cette éducation-là on apprend à des gens à se révolter, à faire de la violence. Et je ne pense pas qu’il y ait ce pays européen qui va apprendre de pareilles choses aux gens.

Concernant cette question d’éducation, est-ce que les filles doivent aller à l’école?

Bien sûr ! Dieu a donné beaucoup de respect à la femme. Dieu a beaucoup plus considéré la femme que l’homme. C’est clair. Si quelqu’un veut empêcher sa fille d’aller à l’école c’est une injustice.  Tout le monde est égal devant Dieu. Si quelqu’un décide d’envoyer les garçons à l’école et empêcher les filles d’aller à l’école, je pense que c’est un péché.

A propos des filles toujours, Boko Haram dit que dans le Coran, il est écrit qu’on peut les marier même  mineures, à des âges précoces. Qu’est-ce qu’il en est?

Ce que le Coran dit, je cite « Dès que votre fille a l’âge ou a déjà eu trois fois ses menstrues, demandez-lui si elle  a un ami. Si c’est le cas, il faut la confier à ce dernier. Mais pas sans son consentement. C’est avec son consentement ». Donc l’Islam n’oblige personne à être sous le toit de quelqu’un. Elles ont la liberté (…). Il y a des femmes qui ne trouvent leur mari qu’après 25 ,30 voire…40 ans. Donc chaque personne a son heure. Si Dieu n’a pas encore choisi qui est son mari à un âge donné et elle est encore en train d’étudier et vous la forcez à se marier, vous allez contre la volonté de Dieu. Vous êtes contre la nature et vous être contre la loi divine. C’est aussi un crime et Dieu n’aime pas un criminel.

L’enlèvement des filles au Nigéria?

Nous condamnons et nous condamnons très fortement cet enlèvement-là. Les auteurs, je les invite à lire le Coran. S’ils  lisent votre journal, ils n’ont qu’à prendre le Coran (Chap5 V2), Dieu dit « entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété. Ne vous entraidez-pas dans la transgression et le péché».  C’est le Coran, ce n’est pas moi qui le dis. J’invite le chef de Boko Haram à bien relire le Coran. Le Coran est là, il n’y a pas de Coran selon telle personne, selon telle confrérie. Le Coran est une constitution universelle. Ils n’ont qu’à lire. Si vraiment, ils le lisent et qu’ils continuent dans les enlèvements et leurs actes, je pense qu’ils sont contre la volonté de Dieu. Et Dieu prévient « Moi, ma punition n’a pas d’échappatoire».

Selon des rumeurs des hommes de Boko Haram vivent au Bénin. Est-ce que les Béninois non musulmans peuvent être assurés que parmi vous des gens n’auront pas d’accointance avec eux ?

Je ne lis pas le cœur des gens. Nous à notre niveau nous sensibilisons. Surtout notre Ong Bourack  (Bourack, le cheval du prophète ndlr) fait des conférences dans les  mosquées, les villages, notamment dans les zones reculées proches des frontières avec le Burkina, le Niger, le Nigéria. Nous sensibilisons beaucoup de nos frères musulmans. Nous  utilisons le Coran qui leur dit de ne pas s’associer à quelqu’un qui veut nuire à la vie de l’être humain. C’est le prophète qui le dit « celui qui participe à un coup où on a tué un être humain a tué toute l’humanité et celui qui sauve la vie d’un être humain, a sauvé toute l’humanité » (…). Nous leur disons de suivre ce qui est écrit dans le Coran, de ne pas suivre ce que les gens leurs disent même s’ils leur proposent de l’argent, des milliards, ils doivent  dire « oh ! Moi, je crains Dieu parce que les milliards que vous allez me donner ne vont pas me sauver devant Dieu ».