La Nouvelle Tribune

Le Bénin est en train de subir ce qu’on appelle le karma négatif du passé

Espace membre

53 ans d’indépendance. 53 ans d’insatisfactions socio-politiques. Des périodes tumultueuses. Le Dahomey d’alors, Bénin d’aujourd’hui, cherche toujours et en vain, ses marques, ses  repères, malgré les foras et les symposiums. 

Un destin singulier qui suscite moult interrogations, auxquelles Maître Amoussa Raïmi, Spiritualiste, donne des explications. Il pose ici le diagnostic spirituel des maux dont souffre le Bénin, alerte et invite les autorités politiques à des actions concrètes pour mettre le pays sur les rails.

Quel est l’état spirituel du Bénin depuis 1960 à nos jours?

Il se fait que, dans la vie, toute réalité porte deux coordonnées importantes, c’est-à-dire le nom ou le prénom que l’on confère à ces réalités. Et la date de naissance que Dieu confère à chacun de nous est gouvernée, à la fois par une mathématique des dieux et une mathématique des hommes. La question est de savoir s’il faut utiliser une mathématique qu’on ne maitrise pas, puisque c’est ça que beaucoup d’hommes font. On donne des noms, comme des prénoms, sans vraiment prendre des précautions. Quand on prend le Benin, à qui on a conféré comme date de naissance, le 1er août 1960, lorsqu’on calcule de façon exotérique, 1960, vous retrouvez le nombre 25 qui donne 7. Or le 7 signifie la connaissance, la spiritualité, l’exotérisme, la connaissance de Dieu, de l’univers. Par sa date de naissance, la 1ère mission primordiale du Benin doit être la spiritualité, l’exotérisme, la connaissance de dieu. Mais, est-ce que nous respectons ça ? Qui dit connaissance dit forcement culture. Puisque nos parents, n’ayant pas l’écriture, ont traduit  leur histoire et l’ont intégrée dans leur culture. Il se fait qu’aujourd’hui, nous négligeons cette culture, les acquis de nos ancêtres.

Quand on prend l’entité Bénin, le nom Benin, nous nous retrouvons avec le nombre 26 qui fait 8. C’est le nombre de la personnalité de l’entité Bénin. 8, le nombre des épreuves et de la matière, comme des finances. 8, c’est deux cercles qui se  joignent. L’intersection est celle des épreuves. Scientifiquement, celui qui porte ce nombre aura à vivre des épreuves, parce que  l’homme est à la fois de la matière et de l’esprit. Donc le Béninois ne peut pas seulement se catégoriser dans la matière. Le côté spirituel revient encore une fois au niveau du chiffre 7. Quand on prend les deux nombres, le 7 et le 8, on a 15. 15 dans le Karma, on l’appelle le diable. Le problème est de savoir si réellement le diable est mauvais ? N’est-ce pas la méconnaissance des lois divines qui fait la manifestation du diable ou des diables. Puisque c’est le diable qui gouverne les matières et les finances. Bien gérer le diable, veut dire avoir des acquis dans la matière. Mal gérer veut dire épreuves et tribulations. C’est ce que nous vivons depuis.  Depuis les indépendances, les gens n’ont pas pu s’asseoir pour réfléchir sur l’état de la culture et de la spiritualité. Et on croit que c’est uniquement avec des projets, des raisonnements, qu’on va résoudre tous les problèmes du Bénin. Pas possible. Tant qu’on veut négliger l’aspect métaphysique de l’entité Bénin, vous pouvez amener des milliards, ça ne marchera pas.

Dahomey d’alors, Bénin d’aujourd’hui. Ce changement de nom a-t-il un impact sur la vie du pays?

Si l’on prend le nom Dahomey, on a le nombre 7 qui rejoint le destin de l’entité Bénin. Pour nous autres ésotéristes, le nombre de mots signifie le nombre de l’Aura. Avec Dahomey, remarquez qu’en ce temps il n’y avait pas négligence de la spiritualité, ni de la culture. Même si le béninois est pauvre, il y avait le respect de la hiérarchie, de la spiritualité. En prenant le nom Bénin, ce n’est pas que c’est négatif. L’Aura de ce nom fait le 5, ce n’est pas mauvais en réalité. Mais là, nous avons changé d’Aura. Et il faut prendre conscience de ce que 5 donne comme mission. Est-ce que nous respectons ça ?

Quelle est cette mission que confère l’Aura 5.

Des réformes, des revendications. 5, c’est l’Aura du perfectionniste, de ceux qui bougent tout le temps, de ceux qui ne sont jamais satisfaits, du révolutionnaire qui ne bénéficie pas de sa révolution, mais que d’autres en bénéficient. C’est ce que nous sommes. Les meilleurs à reformer,  à sortir les meilleurs  textes et lois de ce pays, mais c’est toujours les autres qui en bénéficient. C’est notre destin, tant que c’est le nombre 5. Il va falloir en prendre conscience. On n’est mieux servi que par soi-même. Il faut éduquer ou rééduquer la nation sur certaines valeurs. L’autre chose, c’est dans Bénin, le nombre 5, vous avez le «e» et le «n» deux fois, et le «b» une fois. Le Bénin sera toujours un pays où nous seront insatisfaits. L’insatisfaction amène à la recherche du perfectionnement. Mais, comment faire pour que cette insatisfaction confère à la masse la satisfaction. C’est vrai que nous sommes le laboratoire de la démocratie, et qui dit démocratie dit une certaine liberté, par la gestion des lois. Mais, la population n’en bénéficie pas. Est-ce que c’est la minorité qui va toujours en bénéficier? Est-ce que c’est la minorité qui amène les gens au pouvoir. Donc du nom Dahomey au Bénin, c’est juste un changement d’Aura et il faudra se conformer a ça, porter l’habit-là.

Mais, qu’est-ce qui explique la turbulence politique que nous connaissons chaque fois que nous devons passer à un changement de régime?

C’est le Karma.

Qu’est ce qu’on met dans karma?

Le karma veut dire simplement la loi de cause à effet. Il se fait que le karma se transmet par le sang. Les Béninois actuels ne sont pas forcément auteurs des karmas, des difficultés que le Bénin vit aujourd’hui. Mais, ils sont co-auteurs par le sang. Donc, on n’a pas le droit de jeter le tort sur quelqu’un, il faut assumer son passé.

Quel est celui du Bénin?

Le karma 3. Celui de la parole, de la communication. Remarquez que tous les problèmes de  ce pays partent de la mal-compréhension, que ça soit dans les familles, les sociétés ou dans le gouvernement. C’est toujours le problème de parole qui crée les mêmes situations. Tu dis un mot, l’autre le traduit autrement. C’est l’intellectualisme qui crée le problème. A vouloir trop raisonner le Béninois voit le diable là ou il n’y en a pas. Le  Bénin n’a pas un problème économique. Il a plutôt un problème de gestion des hommes. Le Béninois est tellement matérialiste qu’il est prêt à tout pour avoir sa portion de terre. Trop de négativités ont été créées comme causes dans le passé. Les conflits ethniques, les grandes trahisons des rois, nous suivent jusqu’aujourd’hui, puisque certains rois avaient maudit certains de leurs frères et sœurs. Vous savez, en ces temps, quand on dit roi, c’est avec la puissance du verbe. Il se fait qu’aussi, dans le milieu béninois,  il y a eu tellement de trahisons, de coup-bas et de déséquilibres.

Est-ce alors ce mal que nous subissons actuellement?

Non ! Le Bénin est en train de subir ce qu’on appelle le karma négatif du passé. Il  se fait que le nombre qui gouverne le Bénin est le nombre 15 et le 13. Ce sont ces deux nombres qui font trembloter le Bénin. Le 13 est le réformateur en énergie invisible, une énergie qui vous amène à dire c’est fini, ça suffit les douleurs, les souffrances, je dois m’en sortir. C’est le chiffre qui vous amène à prendre conscience de l’instabilité de votre vie, du pouvoir, de la volonté et de s’en sortir. Mais, lorsque vous ne respectez pas l’énergie du 13, elle vous amène à celle du 15 qui est celle de la déstabilisation visible. Et c’est dans ça que nous sommes maintenant. C’est à partir du 1er août que le 13 et le 15 vont commencer par travailler.

Qu’elle implication du chiffre 53 sur le Bénin dont la somme donne 8?

Le problème n’est pas dans l’âge. Il  faut partir de l ‘addition philosophique du jour qui gouverne l’anniversaire. Pour cette année, elle est célébrée le jeudi qui est gouverné par la planète Jupiter, qui vous confère la noblesse, les grands titres, les prestiges. Mais, il y a ce qu’on appelle la polarité négative de toute réalité. Celle de Jupiter, c’est les conflits, la violence. Le 1er août doit être le 1er janvier du Bénin. C’est l’addition du 1, du 1er août, et le 8 de août, et le 6 de 2013 qui donne le 15. C’est un jour commandé par le 15 et le 6. Les jours qui commandent un cycle, influencent le cycle. Dès lors, il faut se demander quel est le contenu du chiffre 6. 6 veut dire foyer et famille. C’est-à-dire la gestion de la famille et du foyer. Et quand on prend l’entité Bénin, ça veut dire la gestion des frères et sœurs, dans toutes les dimensions. C’est l’année qui correspond à la phrase «Le ver dans le fruit». Il faut l’identifier pour l’extraire.

Quelles recommandations?

L’éléphant est grand et puissant, mais c’est la fourmi qui l’embête. L’éléphant intelligent respecte la fourmi.  Je veux vous dire que si vous avez des qualités et des dons, il faut que votre prochain respecte ça, au lieu de vous reléguer au rang du diable. Quand  il vous prend pour le diable, il ne va plus vous écouter. Que les autorités respectent les messagers de Dieu. Que ce soient les pasteurs, les prêtres, ésotéristes, spirituels. Bref ils doivent avoir leur mot à dire dans la gouvernance, parce qu’ils voient dans le futur. Ils sont, la plupart du temps, les maîtres de l’anticipation. Il faudra les considérer et  non les écarter. Il faudra créer un institut de recherche pour encourager ces gens qui font la recherche. Faire de ce pays un pôle qui attire les étrangers à venir chercher la spiritualité au Bénin. Pour finir, que les gens cessent de diaboliser nos prophètes. Ce sont les valeurs que nous allons quantifier demain.

Réalisation :

Olivier Ribouis & Bonaventure Adjadja  (Stag)