La Nouvelle Tribune

Interview d'Alphonse Da Silva, le directeur de l’office du Bac

Espace membre

 

Quel est le bilan de cette première journée?
Pour cette première journée, tout s’est bien passé sur toute l’étendue du territoire national. J’ai eu les rapports provisoires des superviseurs des centres de composition de Natitingou, Parakou, Bohicon, Lokossa, Abomey-Calavi, Gbégamey, lycée technique Coulibaly et lycée Bèhanzin. Ils m’ont confirmé qu’il n’y a eu aucun incident majeur. Toutes les mesures sont donc prises pour éviter les disfonctionnements.
Mais je dois dire que nous avons eu quelques difficultés relatives à l’effectif des candidats qui s’est accru de 34%, par rapport à l’année dernière. Du coup, nous avons été confrontés à beaucoup plus de travail. J’ai eu à tirer beaucoup plus d’épreuves avec près de 3 millions de feuilles Ram. Et comme je suis le seul à avoir la confidentialité des épreuves, je l’ai fait tout seul. La tâche n’a donc pas été facile. Nous avons par ailleurs informé le gouvernement d’un certain nombre de difficultés financières. Vivement qu’il les prenne en compte au plus tôt.

Qu’est ce qu’il y a eu de particulier cette année?
Cette année, il y a eu une nouvelle filière, eau et assainissement, qui est un Bac professionnel dans laquelle tous les candidats avaient déjà composé pour la phase pratique et planchent actuellement pour l’étape théorique. Je pense que nous devons encourager le Bac professionnel qui permet aux candidats de se lancer plus facilement dans la vie active.

Avez-vous une idée des impressions des candidats sur les premières épreuves?
Ils ont composé en français ce matin sur un sujet qui a rapport à l’importance de l’eau dans la vie de l’homme qu’ils ont d’ailleurs beaucoup apprécié. Donc  pour la grande majorité des candidats, les sujets sont abordables et très intéressants. Ensuite dans l’après midi, il y a eu les épreuves de Svt (Sciences de la vie et de la terre) pour les séries A, B, C et D. Puis l’épreuve de mathématiques pour la série A et les filières techniques: E,  F2, F4 et G. A ce niveau aussi, les impressions sont très bonnes.

Comment s’est déroulé le transfert des candidats du Ceg Godomey vers les nouveaux centres?
Nous avons pris sur nous la responsabilité de procéder au transfert des candidats dès que nous avons su que le Ceg Godomey était inondé, malgré l’effort très actif des sapeurs pompiers que je salue au passage. On pensait qu’il y aurait des difficultés mais à notre grande surprise, le transfert s’est très bien déroulé. Certes il y a eu quelques petits problèmes que nous avons pu surmonter. Et les candidats ont composé dans  des conditions acceptables.

Un message à l’endroit des candidats?
Je voudrais les rassurer que toutes les dispositions sont prises pour qu’il n’y ait pas de raté. Tout comme les enseignants, ils sont nos partenaires. Je leur demande donc de garder la même ferveur qu’ils ont eue au départ. L’examen du baccalauréat  n’étant pas un concours, ils pourront réussir avec un peu d’effort s’ils sont attentifs.
Propos recueillis par Euloge Quenum