La Nouvelle Tribune

Alassane Bentille, à propos des 18èmes championnats d’Afrique d’Athlétisme

Espace membre

 «Il y aura des surprises….nous allons étonner les Béninois»  Championne des quatre éditions du semi -marathon international de Cotonou dont celui de samedi dernier, Alassane Bentille n’entend pas s’arrêter là. Elle promet de belles choses aux Béninois lors des 18èmes championnats d’Afrique d’athlétisme qui se dérouleront du 26 juin au 1er juillet prochains  à Porto-Novo.

Sacrée pour la quatrième fois d’affiliée au semi-marathon international de Cotonou, quels sentiments vous animent actuellement? 

Je suis contente d’avoir remporté pour la  quatrième  fois  de suite ce semi marathon. Je me suis préparée pour cette course. Je me suis confiée à Dieu et il m’a écoutée.

 

Les secrets de votre réussite?

 Je  fier de garder la première place  pour la quatrième  année consécutive. Ce n’est pas facile car, à partir de la deuxième édition, toi-même tu dois  te demander comment t’y prendre pour maintenir le cap? Comment faire pour ne pas décevoir ceux qui t’accompagnent et te soutiennent? Ensuite, tous les regards sont toujours tournés vers toi. Les autres athlètes cherchent à vous battre à tout prix. Alors, à chaque édition, je dois travailler plus pour me mettre à l’abri de toute surprise de la part de mes concurrentes.

 

Comment s’est passée la préparation de cette 4ème édition de semi-marathon?

Mes entraînements ont été un peu difficiles ici par rapport à Natitingou. Je suis à Cotonou depuis quelques mois pour préparer les championnats d’Afrique. Ici, je ne connais pas des circuits donc je ne savais pas comment préparer ce semi marathon. Or, à Natitingou, j’ai  mes circuits pour m’entraîner. Arrivée à Cotonou, j’ai essayé de créer quelques uns. Je fais une heure, une heure trente voir deux heures de course par jour. C’est comme ça que je me suis préparée.

 

Quelles sont les  compétitions auxquelles vous prendrez part cette année?

Actuellement, je me prépare pour le tournoi de la Solidarité qui va se dérouler les 18, 19 et 20 mai prochains à Ouagadougou au Burkina-Faso. Après, le tournoi de la solidarité ce sera le tour des  18è championnats d’Afrique qui vont se dérouler dans mon pays (Bénin) à Porto-Novo.  Je me suis alignée sur les distances des  5000 m et 1500 m dames.

 

Pensez-vous faire d’excellentes performances aux championnats?

Etre ici pour préparer les championnats surtout pour les distances sur lesquelles je suis alignée, n’est pas bon en temps que tel. Mais ce sont les moyens dont  les Béninois disposent. On s’y adapte pour aller le plus loin possible.

 

Vous êtes regroupés au stade de l’amitié de Kouhounou pour préparer ces championnats. Quelle est l’ambiance qui prévaut au sein de la troupe?

 Tout se passe bien.  Tout ce que les dirigeants ont prévu pour nous n’est pas mal. Il y a une évolution par rapport aux années antérieures où on prépare des compétitions de façon isolée chacun dans son coin. On se réunit la veille, on ne se connaît pas. Tu veux courir les 1500 m avec ta compatriote mais tu ne connais pas comment elle court pour que vous puissiez échanger des mots et vos expériences. Dans ces genres de courses, il faut se connaitre pour savoir comment les gérer. Cette année, on est ensemble et on apprend à mieux se connaître. C’est une bonne chose.

 

Qu’est-ce qu’il faut améliorer pour que vous décrochiez des médailles d’Or à ces championnats?

Ce qu’on peut améliorer pour que nous puissions briller, c’est de nous envoyer dans d’autres pays comme l’Ethiopie, le Maroc ou le Kenya. Pour les quelques mois qui nous restent, on souhaiterait aller travailler en altitude. Je crois que ça va faire du bien à nous coureurs de demi-fond et de fond.

 

Un appel au Béninois?

Je demande à tous les Béninois de compter sur ma victoire comme j’en ai l’habitude. Je sais qu’il y a des gens qui pensent que nous athlètes Béninois ne pouvons pas être à la hauteur de certaines nations. Ils pensent que nous sommes inférieurs aux autres. En tout cas, moi je pense qu’on va donner le meilleur de nous mêmes. Je pense aussi que nous allons avoir des médailles là où personne ne s’y attend. Il y aura des surprises lors de ces championnats d’Afrique.q

Propos recueillis par Arthur Sélo