La Nouvelle Tribune

Angola : 760.000 euros de pot-de-vin versé à un procureur portugais

A lire

USA : un fils de Mohammed Ali victime du décret Trump?

Afrique du sud: les victimes d’hier, agresseurs d’aujourd’hui

se connecter
se connecter

Une nouvelle affaire de corruption au sommet de l’Etat en Angola.

Manuel Vicente, le vice-président angolais et ancien président de la Sonagol, compagnie angolaise du pétrole, est mis en accusation au Portugal dans une affaire de 760.000 euros de pot-de-vin. Le vice-président angolais  est accusé d’avoir versé cette somme à un procureur portugais pour qu’il classe sans suite deux affaires le visant il y a cinq an.

Le parquet général de la République qui a donné l’information ce jeudi a indiqué que M. Vicente pourrait être jugé pour corruption active, blanchiment d’argent et falsification de document. On apprend aussi que son avocat Paulo Blanco et Amindo Pires qui le représentent dans ses affaires, sont également mis en accusation.

En réaction à cette information, le vice-Président angolais clame son innocence et assure n’être mêlé à cette affaire de haute corruption. En 2012,  une enquête avait été ouverte à son encontre pour voir clair dans l’origine des  fonds qu’il a utilisés pour acquérir une luxueuse maison dans la banlieue de Lisbonne.