La Nouvelle Tribune

Exemption de visa aux Africains : l’Ua félicite le Bénin, Ghana, la Namibie, le Togo

Espace membre

Sur le continent africain, des avancées ont été enregistrées en terme de libre circulation des personnes et des biens. Dans son point sur le bilan de l’année 2016 passée sous le thème «Année des droits de l’homme en Afrique, avec un accent particulier sur les droits des femmes», Dr Nkosazana Dlamini Zuma, la présidente de la Commission de l’Union africaine a témoigné de l’importance des décisions d’exemption de visa à des Africains prises par certains pays du continent qu’elle a félicités.

« Notre aspiration concernant la libre circulation des personnes autour du continent a bénéficié d’une impulsion considérable en 2016. Nous félicitons de nouveau le Ghana, la Namibie, le Bénin et le Togo, qui ont entrepris des démarches pour se joindre au Rwanda, à Maurice et aux Seychelles en accordant à tous les Africains une exemption de visa à l’entrée ». Concernant le Bénin, c’est au détour d’une visite au Rwanda que le Président béninois Patrice Talon a émis l’idée de supprimée les frais de visas d’entrée aux ressortissants africains. Une idée qui a été entérinée quelques semaines plus tard par le Conseil des ministres. la présidente de la Commission de l’Ua espère que le geste des pays comme le Bénin inspirera d’autres sur le continent.

« Nous espérons qu’un plus grand nombre de pays délivreront, en 2017, aux ressortissants africains un visa à l’arrivée, alors que nous envisageons de mettre un passeport africain à tous les citoyens africains, conformément aux lois en vigueur dans leurs pays respectifs » a-t-elle indiqué dans un communiqué.

A propos du 27e Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union africaine, accueilli par le Rwanda, a-t-elle assuré, ce fut « le meilleur que nous ayons eu. Nous devons garder les yeux fixés sur les enjeux d’intérêt commun tout en essayant de faire mieux au cours des prochains Sommets et reunions. Le Sommet de Kigali a été particulièrement une réussite avec le lancement du passeport africain ; les décisions prises sur le financement de l’Union africaine grâce à une imposition des 0, 2 % sur les biens éligibles ; sur la Zone de libre-échange continentale, avec la nomination des juges de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples ».