La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire : référendum perturbé, le ministre Bakayoko menace

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Le référendum organisé ce dimanche 30 octobre pour l’adoption d’une nouvelle Constitution en Côte d’Ivoire a été perturbé par des scènes de violences à plusieurs endroits. Des bureaux de vote ont été saccagés et le matériel électoral détruit.

Un acte qui a fait réagir, Hamed Bakayoko, le ministre d’Etat ivoirien chargé de l’Intérieur et de la Sécurité. Selon lui, ceux qui ont mis à sac des bureaux de vote et détruits le matériel électoral ont été manipulés par des gens mal intentionnés.

« Des gens de mauvaise volonté manipulent les population pour boycotter le scrutin de manière violente » a déclaré le ministre.

Et manipulateurs et casseurs devront répondre  de leurs actes, a prévenu le ministre. « Ils assumeront leurs actes » a-t-il dit. Les actes de violences que condamne le ministre ont été enregistrés au centre-ouest du pays à Gagnoa dans le fief de Laurent Gbagbo où des manifestants ont brûlé des pneus et érigé des barricades, à Bangolo, à Divo et à Yopougon à Abidjan. En dehors des scènes de violence, le scrutin auquel 6,3 millions d’électeurs étaient attendus n’a pas enregistré l’engouement voulu et l’on craint qu’un fort taux d’abstention n’enlève à ce référendum son charme.