La Nouvelle Tribune

Burkina : le parti de Compaoré se dit victime d’acharnement

Espace membre

Le congrès extraordinaire du parti "Congrès pour la démocratie et le progrès" (Cdp) annoncé pour se tenir ce samedi à Ouagadougou n'a finallement pas eu lieu. Le parti de l’ancien Président Blaise Compaoré a annoncé le report sine die de son congrès extraordinaire parce qu’il est victime de répression et d’acharnement du nouveau régime en place.

Dans un communiqué, Achille Marrie Joseph Tapsoba, le président par intérim du Cdp a indiqué que le congrès a été reporté « sine die ». Dans ce communiqué écrit le bureau exécutif du Cdp déclare « Nous ne pouvons pas tenir un congrès dans un tel contexte d’insécurité et de répression pendant que certains de nos camarades sont interpellés et embastillés ». Le parti dénonce avec « véhémence » l’acharnement que subissent ses militants avec le régime du Président  Roch Marc Christian Kaboré. Allusion est notamment faite à l’interpellation de tous les anciens ministres du dernier gouvernement de Compaoré dont le premier ministre Luc Adolf Tiao écroué pour son rôle présumé dans les crimes ayant émaillé  la fin du pouvoir Compaoré. Pour le Cdp, c’est une manœuvre politique visant à perturber la tenue du congrès devant insuffler un nouveau dynamisme à ses structures de base.