La Nouvelle Tribune

Rdc : l’inextricable situation qui divise le pays de Kabila

Espace membre

A quand la prochaine présidentielle en République Démocratique du Congo ? Voilà la question à laquelle les Congolais ne trouvent pas de réponse et qui attise la tension dans le pays.

Le calendrier électoral inconnu jusqu’à présent alors que le dernier mandat du Président Joseph Kabila tire inexorablement à sa fin en décembre 2016 oppose les différents acteurs de la classe politique congolaise. D’un côté l’opposition réclamant la tenue dans le délai constitutionnel des élections et la majorité présidentielle prêchant la nécessité d’une modification consensuelle du délai légal, les deux parties ne sont pas prêtes à s’entendre.

Les propositions de la commission électorale ne règlent rien. Elle propose l’organisation des élections présidentielles, législatives et provinciales à  fin 2018, favorisant ainsi le prolongement du mandat de Kabila pour une période de transition de deux ans. L’opposition qui ne l’entend pas de cette oreille estime que toute largesse accordée ne peut dépasser trois mois. Pour des observateurs, le régime en place a réussi à plonger le pays dans une impasse et veut se donner le temps de tirer le meilleur de la situation.

Dans ce méli-mélo, il n’y a pas que la classe politique qui soit divisée sur le sujet du calendrier électoral. Les envoyés spéciaux des partenaires techniques et financiers du pays ne semblent pas accorder leurs violons. Alors que l’envoyé spécial américain, Tom Perriello propose une mobilisation de 50 millions de dollars pour tenir les élections dans un délai raisonnable, ses pairs s’emmurent dans un silence, laissant l’Américain au milieu de l’opposition et de la majorité présidentielle. Pendant que l’opposition l’adule, Tom Perriello, est, du côté du pouvoir,  accusé de vouloir saboter le dialogue national. La question demeure entière, comment sortir la Rdc de cette énième crise politique ?