La Nouvelle Tribune

Gabon : les résultats «reflètent la volonté des Gabonais», selon le Parlement africain

Espace membre

L’élection présidentielle du samedi 27 août dernier au Gabon  a été « libre, transparente ». C’est ce qu’a fait savoir la mission d’observation du Parlement africain de la Société civile, institution faîtière regroupant plusieurs organisations de la société civile du continent noir, ce mardi 6 septembre 2016 lors d’une conférence de presse à l’Infosec à Cotonou.  

Face aux hommes des médias béninois, le président du Parlement africain de la Société civile, Jean-Claude Dro Kesse, a rectifié que contrairement à ce qu’on a été amené à croire, le scrutin présidentiel gabonais a été organisée de « manière acceptable ».

« Il n’y a pas eu d’incident majeur qui puisse entacher la crédibilité du scrutin », a déclaré Jean-Claude Dro Kesse en indiquant que la mission a toutefois relevé des insuffisances dues au retard observé dans l’ouverture des bureaux de vote à Libreville, à Franceville et à Lambaréné. Ces retards, à en croire la mission d’observation du Parlement africain de la Société civile, sont la conséquence du manque de matériels dans quelques bureaux de vote et à l’absence des représentants de candidats dans certains bureaux.

« Heureusement, face à cette situation, des dispositions pratiques ont été prises par la Cenap (Commission électorale nationale permanente) pour permettre aux électeurs de voter dans le calme et sans bousculade », s’est réjoui le président du Parlement africain  pour qui « les résultats proclamés par la CENAP reflètent la volonté des Gabonais ». Dénonçant l’attitude de l’Union européenne et de la France qui demande un recomptage des voix, le président du Parlement africain estime qu’« il faut laisser le temps aux institutions que les Gabonais se sont librement donné aller au bout du processus électorale ».

Par la même occasion, le Parlement africain a invité l’Opposition qui conteste les résultats à suivre les voies légales pour faire entendre sa voix.