La Nouvelle Tribune

Gabon : un jeune photographe lance une campagne en faveur des albinos

Espace membre

Il ne fait définitivement pas bon vivre pour les personnes albinos dans certains pays d’Afrique. Étant pourtant dans une ère ou l’on prône l’égalité, les albinos quant à eux continuent d’être marginalisés et éliminés par centaine en Afrique subsaharienne.

C’est pourquoi un jeune photographe gabonais a récemment réalisé une série de photos appelée « PINK ALBINO », avec pour but de lancer une campagne de sensibilisation afin de lutter contre la chasse aux albinos.

L’albinisme est une anomalie génétique héréditaire qui affecte la pigmentation et qui touche près d’une personne sur 17 000 dans le monde, et une personne sur 1 000 dans certaines régions d’Afrique. Elle touche les mammifères, les oiseaux, les poissons, les amphibiens et les reptiles. Les personnes atteintes d’albinisme ont une déficience visuelle qui réduit considérablement leur acuité visuelle de loin comme de près, et sont plus vulnérables au cancer cutané à cause d’une absence de pigments protecteurs de la peau. Et comme ci cela ne suffisait pas, elles sont le souffre douleur de nombreuses personnes.

En Afrique, les gens les considèrent comme des génies, des fantômes, des esprits. Tout, sauf des êtres humains, et ce depuis toujours. Autrefois, ils étaient éliminés dès leur naissance à cause de toutes les superstitions qui circulaient autour des albinos. Aujourd’hui, ils sont toujours autant rejetés par les populations africaines. 

Plusieurs explications expliquent ce phénomème. Les femmes albinos par exemple sont pour la plupart violées, à cause du mythe selon lequel avoir des rapports sexuels avec elles peut guérir du SIDA. Mais encore, d’après certaines croyances, il semblerait que leurs os contiennent de l’or ou qu’ils possèdent des pouvoirs magiques. C’est pourquoi de nombreux albinos sont chassés, afin de commercialiser leurs membres dans les marchés noirs d’Afrique. Le Malawi est d’ailleurs le pays le plus touché par ces crimes.

Ussi’n YALA, ce jeune artiste photographe gabonais âgé à peine de 23 ans, attristé et révolté par ce massacre qui ne semble pas s’arrêter années après années, comme pour lancer une campagne de sensibilisation afin que les gens arrêtent de les traiter comme des personnes anormales ou «différentes», a réalisé une série de photos appelée « PINK ALBINO » en collaboration avec Chris Warren, un jeune albinos gabonais, qui met en avant la beauté et la sensibilité d'un albinos.

Le corps à découvert, des dreadlocks blondes, un bouquet de fleurs et un décors rose bonbon, par cette série de photos Ussi’n Yala veut susciter l’amour pour son prochain, peu importe sa différence.