La Nouvelle Tribune

Assassinat du prêtre français : la réaction du pape François

Espace membre

La dernière attaque menée par des jeunes terroristes dans une église française près de Rouen a laissé la communauté catholique européenne et au-delà dans l'effroi. Si beaucoup de déclarations ont été faites dans le milieu politique français et européen, la réaction du pape était aussi attendue.

Prenant la parole pendant son vol pour la Pologne, le pape a remercié "de façon spéciale" le président François Hollande qui l'a joint par téléphone "comme un frère" avant d'affirmer que le monde était en guerre.

"Ce saint prêtre qui est mort au moment où il offrait une prière pour toute l'Eglise est la victime d'une guerre fragmentée. Quand je parle de guerre, je parle d'une guerre d'intérêts, d'argent, de ressources, pas de religions. Toutes les religions veulent la paix, ce sont les autres qui veulent la guerre (...) On répète le terme d'insécurité, mais le vrai terme est la guerre. Depuis longtemps le monde est en guerre fragmentée. La guerre qui était celle de 1914, puis de 39-45, et maintenant celle-ci"

Il a cependant appelé à ne pas céder à la haine, et à accueillir ceux qui fuient la guerre, ceux qui recherchent un toit pour leurs familles. Répondant à cet appel, le président polonais, Andrzej Duda, a affirmé que son pays était prêt à accueillir certains migrants mais "pas d'accord pour qu'on impose des gens en Pologne par la force"