La Nouvelle Tribune

Manuel Valls : les Français doivent intégrer que nous sommes dans une guerre

Espace membre

Une nouvelle attaque terroriste a eu lieu aujourd'hui, dans une église près de la ville de Rouen en France. Bilan : un prêtre octogénaire égorgé, et une autre personne grièvement blessée.

D'après les autorités, les deux assaillants qui ont été tués à la sortie de l'église auraient crié "Allah Akbar". Quelques heures après l'attaque, le groupe terroriste Daesh a affirmé revendiqué l'attaque.

Ces nombreuses attentats depuis quelques mois en France, et aussi en Allemagne depuis quelques jours créent la panique au sein de la population européenne. En effet, le continent qui avait été épargné par les tragédies depuis la fin de la 2è guerre mondiale se trouve pris dans un tourbillon indescriptible face à cette menace quasi sournoise; menace qui, il faut le préciser, se trouve au sein même de la population, puisque, bon nombres de terroristes sont nés en Europe. 

Face à ses nombreuses attaques, le premier ministre Manuel Valls s'est adressé une fois encore à la population française. Tout en les rassurant de la volonté farouche de l'Etat à protéger la population, il a tenu à dire qu'il s'agit néanmoins d'une situation de guerre : 

"On s'attaque à un symbole, hier le 14-Juillet, aujourd’hui une église, un prêtre, un homme âgé. On s'attaque à une part de l'identité de notre pays, à nos racines. C'est la République laïque qui est touchée profondément. (...) Nous avons aujourd'hui tous les outils pour lutter contre le terrorisme. A chaque attentat, nous n'allons pas inventer une nouvelle loi (...) les Français doivent intégrer que nous sommes dans une guerre et qu'il faut changer son rapport à la sécurité." (...) C'est une guerre longue, qui va demander de la résilience et de la résistance. Il faudra faire bloc. Ils veulent la haine, le racisme, la montée de l'antisémitisme, la haine des musulmans..." a déclaré le premier ministre français.

Plusieurs mesures seraient en étude, en plus de l'état d'urgence pour lutter efficacement contre ce genre d'attaques dans le pays. Désormais, plus aucun pays n'est épargné par la violence terroriste. Fort de cela, plusieurs politiciens français, notamment de l'extrême droite, et des intellectuels avaient appelé le président Hollande à changer de politique étrangère, notamment dans le monde arabe et en Afrique.