La Nouvelle Tribune

Congo : Washington relève le dilatoire du régime Kabila

Espace membre

Passer le clignotant à droite et virer à gauche. C’est ce que fait apparemment le régime Kabila en République démocratique du Congo selon une remarque des Etats Unis.

Pendant qu’il appelle les opposants au dialogue, le gouvernement congolais les harcèle selon le constat fait par Mark Toner le porte-parole adjoint du département d’Etat américain.

« Un gouvernement ne saurait inviter au dialogue les acteurs de la vie politique tout en harcelant, arrêtant et emprisonnant de potentiels participants » à la concertation, a indiqué Mark Toner à propos de la situation en République démocratique du Congo.

La Rdc est plongée dans une crise politique qui fait craindre un regain de violence dans le pays. Au cœur de cette crise l’indisponibilité d’un calendrier électoral alors que le dernier mandat constitutionnel du Président Kabila prend fin dans quelques mois. L’opposition sur ses gardes accuse le Président Kabila de vouloir se maintenir au pouvoir en plongeant le pays dans un vide constitutionnel avec la bénédiction de la justice également accusée d’être soumise à l’exécutif. Plusieurs opposants au régime dont le principal, Moïse  Katumbi font l’objet de poursuite judiciaire. Celui-ci est actuellement hospitalisé en Afrique du Sud après une répression d’une manifestation de ses partisans à laquelle il prenait part. Le pouvoir l’accuse d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Dans le pays, des opposants qui boudent le dialogue dénoncent un dilatoire de Kabila pour tuer le temps. Pour Washington, il urge que cessent la traque aux opposants pour que s’installe un véritable dialogue devant permettre au pays de sortir de la crise.

« Les Etats-Unis appelle à la fin de la violence » a lancé Mark Toner réclamant un « dialogue crédible ».