La Nouvelle Tribune

Mandats d'arrêt contre Soro et Compaore: la justice burkinabè ne lâche pas l'affaire

Espace membre

Au Burkina Faso, la justice n'a pas encore dit son dernier mot dans les affaires de mandats d'arrêt contre Blaise Compaoré, ancien président du pays et Guillaume Soro actuellement président de l'Assemblée nationale ivoirienne.

En effet, après l'annonce jeudi, de l'annulation des mandats d'arrêts contre les deux hommes par la Cour de cassation (lire ici), les juges burkinabè ont décidé de relancer ces mandats en suivant les règles de l'art. 

La Cour de cassation reprochait aux juges d'avoir émis ces mandats sans informer au préalable le procureur comme le veut la loi. La justice du pays va donc se conformer à cette exigence et relancer les mandats, au grand dam de l'ancien président et de l'homme fort de l'Assemblée nationale ivoirienne. Les juges veulent écouter Blaise Compaoré pour établir ou non des liens avec la mort de son ami Thomas Sankara (lire ici). Quant à Guillaume Soro, la justice du pays des hommes intègres veut l'interroger sur son lien présumé avec le dernier coup d'état effectué par le général Diendéré et ses hommes. 

Lire Mandat d'arrêt contre Soro : La justice burkinabè défie la Côte D'ivoire

Rappelons qu'à sa prise du pouvoir au Burkina, Roch Marc Christian Kaboré avait affirmé que les différents dossiers en cours de traitement par la justice n'affecteront pas les liens forts qui lient son pays à la Côte d'Ivoire. Blaise Compaoré a trouvé refuge chez son ami Ouattara après la chute de son régime.