La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire : le parti de Gbagbo veut une nouvelle Constitution

Espace membre

En  Côte d’Ivoire, les cadres du  Front populaire ivoirien (Fpi) De Laurent Gbagbo donnent leur accord pour un changement de Constitution. A l’ouverture ce mardi 26 avril 2016 d’un séminaire animé à Abidjan sous le thème « La réforme constitutionnelle et réconciliation nationale » qu’organise le Fpi, des cadres de cette principale formation politique d’opposition ont jugé utile que la loi fondamentale du pays soit changée.

« La Côte d’Ivoire n’a pas besoin d’une révision constitutionnelle mais d’une nouvelle constitution » a déclaré à l’ouverture de ce séminaire, William Attéby, un juriste, ancien député du pays.

Pour M. Attéby, la Côte d’Ivoire doit « écrire en lettres d’or, la troisième République ». Comme lui, Christine Konan 3ème vice-présidente en charge du district autonome d’Abidjan, veut d’une réforme constitutionnelle en Côte d’Ivoire.

Egalement présidente du comité d’organisation, Mme Attéby  a déclaré que « Le Front populaire ivoirien  estime qu’une  réforme constitutionnelle bien préparée peut servir une vraie réconciliation, permettre la consolidation de la démocratie et le renforcement de la cohésion nationale ».

Pour elle, « l’adoption d’une nouvelle Constitution consensuelle viendrait à consacrer la paix définitive par l’acceptation du pardon des uns et des autres ». Le débat sur la nécessité d’une réforme constitutionnelle a été soulevé par le Président Alassane Ouattara dans son vœu de nouvel an aux Ivoiriens.  La Constitution du 2 août 2000 est selon certains observateurs, à l’origine de la guéguerre ayant conduit le pays dans un chaos.