La Nouvelle Tribune

Détention d’Hama Amadou : un « challenger empêché de monter sur le ring » selon son avocat

Espace membre

Hama Amadou, l’opposant détenu en prison et admis au second tour de la présidentielle au Niger face au président Issoufou Mahamadou est bel et bien en lice pour le second round de l’élection prévu pour le 20 mars prochain.

Selon Me Mossi Boubacar, son avocat, Hama Amadou sera depuis sa prison l’adversaire du chef de l’Etat sortant. Ceci malgré la décision de la Coalition de l’opposition (Copa) qui a déclaré mardi avoir suspendu sa participation au processus électoral qui va à son terme. Très clair sur l’intention de son client, Me Mossi Boubacar a indiqué que « Hama n’a pas dit qu’il a désisté ». Et, a-t-il martelé, « Hama est bien partant pour l’élection ». Pour l’avocat qui fustige l’intransigeance des autorités nigériennes vis-à-vis de son client gardé en prison pendant que le Président sortant parcours tout le pays à vol d’hélicoptère, «  C’est le challenger qui est empêché de monter sur le ring ». En décidant de prendre part au second tour de la présidentielle depuis sa cellule, explique l’avocat, Hama Amadou veut éviter un vide institutionnel aux conséquences inimaginables. Pour rappel, cela fait plus de 04 mois qu'il est mis aux arrêts pour son rôle présumé dans une affaire de trafic de bébés. Parvenu au second tour avec 17,73% des suffrages loin derrière le Président Issoufou qui a recueilli 48,43%, Hama Amadou comptait sur le soutien de ses alliés de la Copa qui visiblement sont en train de le lâcher.