La Nouvelle Tribune

CPI : Sam l'Africain soutient Gbagbo sans accuser Ouattara

Espace membre

Le témoin inattendu invité par l'accusation dans le dossier de la poursuite de l'ancien chef d'état ivoirien, Laurent Gbagbo et son ancien fidèle allié, Charles Blé Goudé, poursuit ses explications à la cour pénale internationale.

Alors que les deux anciens hommes forts sont accusés de crimes entre autres, le témoin Sam l'Africain de son vrai nom Mohamed Sam Jichi est venu contre toute attente situer les responsabilités et accuser dans un premier temps certaines puissances occidentales (Lire l'article ici). Revenu à la barre il ya quelques heures, Sam l'Africain a fondu en sanglots en parlant de Laurent Gbagbo. "Gbagbo n’est pas un criminel" a t-il déclaré sans ambages. Il a pris en exemple la fois où le président Gbagbo lui a apporté son soutien sans faille prenant en charge la maladie de sa mère. "Il y a une crise et il y a eu un désordre total. Ce n’est pas Gbagbo, Blé Goudé ou moi qui avons donné l’ordre."

Pour Sam l'Africain si il y a eu des morts, on ne peut pas faire des raccourcis en identifiant tel ou tel comme donneur d'ordre. C'était beaucoup plus complexe que cela selon lui : "Un exemple, Quand Gbagbo a été arrêté, il y a eu 1000 morts de ses partisans. Mais ce n’est pas Ouattara qui donné l’ordre. Je voudrais que le procureur m’excuse pour cette scène. Je souhaite qu’on débatte du vrai problème pour comprendre pourquoi les ivoiriens sont morts(…) "

Sam l'Africain a également plaidé pour qu'on cesse de parler d'ivoiriens victimes dans certaines zones : "Tous les ivoiriens ont été victimes (...) des femmes ont été violées partout. Il n'y a pas d'ivoiriens du nord, du sud, de l'ouest. En côte d'ivoire, tout le monde a été victime"

Précisons que Le témoin va encore devoir au cours de séances à venir répondre aux questions de l'accusation puis à celles de la défense. A suivre donc.