La Nouvelle Tribune

Addis-Abeba : l’UA trahit les Burundais

Espace membre

L’Union africaine offre la grosse surprise du mois de janvier au monde entier. Malgré toute l’insécurité et les violences qui ont court au Burundi, le pays de l’indécrottable pyromane Pierre Nkurunziza a été élu ce jeudi comme membre du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine pour deux ans.

C’est l’incroyable qui vient ainsi de se produire à Addis-Abeba. On pouvait s’attendre à tout sauf ça de l’Ua qui a manifesté sa volonté d’envoyer des troupes pour mettre de l’ordre dans le bazar que Pierre Nkurunziza fout dans le pays. Le Conseil de sécurité (Cps) faut-il encore le rappeler, est l’organe habileté à gérer pour l’Ua, les crises de sécurité du continent. On se demande quelle raison justifie cette paradoxale réélection de Bujumbura dont les autorités se sont récemment montrées irrévérencieuses en menaçant d’user de la force contre les 5.000 hommes de la mission Maprobu que l’Ua souhaite envoyer pour restaurer la paix dans le pays.

La décevante Ua

L’Union africaine, visiblement, ne fait rien pour gagner l’estime des populations africaines qu’elle est censée protéger contre ceux qui les oppressent. Il n’y a pas que le Burundi, le Congo de Denis Sassou Nguesso est aussi élu pour deux ans au Cps. Et c’est à croire que les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union sont allés décerner des primes à la dictature et à la monarchie à Addis-Abeba. Entre les discours officiels qui condamnent les actes nocifs à la démocratie et les actes que l’Ua pose, il y a un abîme qui engouffre les espoirs des plus optimistes Africains qui croyaient encore à changement qualitatif de politique. Et quand on sait que ce n’est pas cochon de dire au mouton que sa cours est salle, on se demande quelle influence les décisions d’un Cps de l’Ua avec des représentants de gens comme Pierre Nkurunziza peuvent avoir sur les néo-despotes à la tête des pseudos états démocratiques africains. C’est dire que les peuples africains doivent encore batailler durs pour se libérer du joug dans lequel veut le maintenir le syndicat des Présidents jouisseurs d’Afrique. A préciser que le Cps compte 15 membres. Il y a le Congo-Brazzaville, l’Egypte, le Kenya, le Nigéria et la Zambie qui y sont élus pour 03 ans. Et l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botsawana, le Burundi, le Niger, l’Ouganda, le Rwanda, la Sierra Leone, le Tchad et le Togo qui sont élus pour deux ans.