La Nouvelle Tribune

Afrique : Les grands rendez-vous électoraux sur le continent en 2016

Espace membre

L ’année 2016 sera riche en échéances électorales en Afrique, plus précisément en élections présidentielles. Ce sont environ seize pays qui s’apprêtent à organiser les élections présidentielles cette année.

Le coup d’envoi a été donné par la République centrafricaine qui a passé son premier tour en fin décembre 2015 avec un second tour prévu le 31 janvier 2016. Ces élections présidentielles concentrent toutes les attentions, à cause des mutations politiques que ce pays a connues. Le premier tour s’est déroulé de façon surprenante. La bonne tenue du scrutin a eu raison sur tous ceux qui prédisaient le chaos. Il est à espérer que le second tour se déroule dans le même climat. Et que les candidats qui contestent les résultats du premier tour, proclamés par l’Autorité nationale des élections, Ane, puissent entendre raison et permettent au processus électoral de se dérouler en toute quiétude. Pour le plus grand bien de ce pays qui a peut être la chance à travers ces élections, de retrouver la paix et l’unité nationale. Les élections seront également intéressantes dans d’autres pays en 2016, comme le Congo, le Tchad, le Niger et le Bénin. Le Tchad et le Congo pour La sous-région d’Afrique centrale, puis le Niger et le Bénin pour la sous-région de l’Afrique de l’Ouest. Le 10 avril 2016, sera un grand jour pour le Tchad. Ce sera le jour de la tenue du premier tour des élections présidentielles. L’ensemble des parties de l’opposition envisagent de faire un front commun contre le président sortant Idriss Deby Itno au pouvoir depuis vingt ans. L’opposition veut arrêter ses ambitions du pouvoir éternel. Mais la tâche ne sera certainement pas facile aux candidats de l’opposition qui iront non seulement en rang dispersé, mais qui rencontrent aussi sur leur chemin, le bilan des réalisations infrastructurelles du Président Déby, ses prouesses militaires au Mali et contre Boko Haram. La tâche ne sera non plus facile aux adversaires de Denis Sassou Nguesso au Congo Brazzaville en mars 2016. Sa victoire très critiquée au dernier référendum permettant de réviser la Constitution, prouve qu’il a la maitrise de la politique des moyens. En plus du fait qu’il a réussi à diviser l’opposition. Ralliant certains à sa cause, pendant que les autres demeurent ses farouches adversaires. A sa maitrise de la stratégie politique, on ajoutera la puissante machine répressive aguerrie à la cause. C’est ce qui permet d’affirmer avec certitude, que si les adversaires de Sassou ne trouvent pas la meilleure recette, il y a de fortes chances que le Président sortant prolonge son séjour au pouvoir. Malgré le désir de changement régulièrement exprimé dans la rue.

L’équation sera également difficile aux adversaires de Mohamadou Issoufou du Niger. Son plus grand concurrent, Hama Amadou, du nom de l’ancien président de l’Assemblée nationale du pays, s’est vu collé une rocambolesque affaire de trafic international de bébés sur le dos. Laquelle l’a contraint à l’exil en France, avant de se retrouver en taule à la suite de son arrestation dès son retour au pays. Malgré la validation de sa candidature aux élections présidentielles de mars, ses demandes de mise en liberté provisoire n’ont pas prospéré. La détermination de ses amis à battre campagne pour lui pourra-t-elle changer la donne ? On pourra répondre avec les anglo-américains qu’il s’agit là du «one millions dollar question». Question à un million de dollar également sur le dénouement des élections présidentielles au Bénin. Ici, difficile sera de dire à l’avance celui qui remportera ce fauteuil pour lequel une trentaine de candidats sont engagés. La présidentielle béninoise sera d’une grande attraction. D’abord parce que le Président sortant ne se représente plus, mais surtout à cause de la qualité des candidats et du relatif équilibre des moyens. Parmi les candidats en lice à la présidentielles béninoises, il y a des candidats qui ont une expérience politique, il y en a qui ont toujours côtoyé le monde politique et se sont fait beaucoup d’acolytes et ceux qui ont une carte de visite et un capital relationnel impressionnant. Sur les moyens, c’est presque l’équilibre. Contrairement à d’autres pays, le Bénin est le pays où de nombreuses formations politiques possèdent des moyens financiers et matériels considérables. Lesquels leur permettent de battre campagne à la hauteur du parti au pouvoir et même parfois au delà. La compétition sera très disputée partout sur le continent, mais au Bénin il y aura match