La Nouvelle Tribune

France - Gabon : Fabius corrige la "blague de mauvais goût"

Espace membre

Manuel Valls n’aurait pas dû. Toute vérité n’est pas bonne à dire sous certains cieux. Et voilà, par son imprudence, le premier ministre français Manuel Valls a irrité l’intouchable président gabonais Ali Bongo Ondimba. En disant que le Président Ali Bongo n’a pas été élu comme on l’entend, Manuel Valls a en effet mis son doigt où ça fait le plus mal à Ali Bongo.

Ça n’a pas raté, le gouvernement gabonais en réaction aux déclarations du premier ministre français a rappelé l’ambassadeur du Gabon près la France. Ce qu’il convient d’appeler une blague de mauvais goût de Manuel Valls est une nouvelle provocation des autorités françaises vis-à-vis de leurs homologues gabonais. Elle survient quelques mois après la brouille diplomatique franco-gabonaise suite à la mise en examen du tout-puissant directeur de cabinet du président gabonais Maixent Accrombessi. Manuel Valls aura ainsi remué le couteau dans la plaie. Et quand on sait que le pouvoir Ali Bongo a passé 2015 à gérer des attaques de l’opposition; cette dernière qui a pris au rebond les nouvelles affaires africaines pour ne pas dire les nouvelles affaires gabonaises de Pierre Péan; Manuel Valls mettait maladroitement le feu aux poudres. De quoi pourrir 2016 à Ali Bongo qui veut renouveler son mandat à la tête du pays et pourquoi pas perdurer comme son père qui lui a légué le Gabon.

Fabius au secours

Il n’est pas bien pour la France que Ali Bongo, du moins le Gabon se fâche contre elle. Cette ancienne colonie a de quoi tenir la France par les viscères. Les choses ne risquent cependant pas d’aller loin. Le Quai d’Orsay vient jouer au sapeur-pompier. Sans condamner les propos de Manuel Valls, le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius a rappelé l’attachement de la France aux relations d’amitié qui la lie au Gabon. « La France et le Gabon entretiennent des relations amicales et confiantes. Le Gabon est pour la France un partenaire proche dans de nombreux domaines » a-t-il rappelé avant d’insister sur les grandes contributions du Gabon : « Il a joué notamment un rôle très important pour la conclusion de l'accord de Paris sur le climat. Il assume ses responsabilités au service de la paix, de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme sur le continent africain, conformément aux valeurs de tolérance et d'ouverture de la société gabonaise ». Fabius a ajouté que « La France est très attachée à ses relations avec le Gabon sous la conduite du président Bongo, élu en 2009 ». Selon le chef de la diplomatie française, pour dissiper tout malentendu, ce lundi matin, l’ambassadeur français à Libreville a été reçu par la secrétaire générale du ministère gabonais des affaires étrangères, de la Francophonie et de l'intégration régionale et l'ambassadeur du Gabon à Paris est reçu aujourd'hui même à Matignon.