La Nouvelle Tribune

Profilage ethnique : La France rejette les accusations du Conseil de l’Europe

Espace membre

Paris n’est pas d’accord avec les accusations de « profilage ethnique » émises par le Conseil de l’Europe. Critiqué au sujet de l’état d’urgence décrété après les attentats du 13 novembre à Paris, le gouvernement français, par son porte-parole Stéphane Le Foll, conteste et indique que ces accusations sont totalement « contraires à ce qui s’est passé ».

Mardi, Nils Muiznieks, le Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe avait estimé que l’Etat d’urgence décrété débouche sur des «  dérives » et constitue une menace pour la démocratie. M. Muiznieks qui assure suivre de très près ce qui se passe en France a spécifiquement parlé de « pratiques de profilage ethnique » commises par la police et les forces françaises de répression. Pour Stéphane Le Foll le Conseil de l’Europe devrait comprendre que l’état d’urgence est une réponse à « une nécessité ». Il rappelle que l’état d’urgence a été instauré après un débat à l’Assemblée nationale.