La Nouvelle Tribune

Burundi : l’Onu réunit des éléments concourant au pire

Espace membre

Le scénario du pire est de plus en plus apparent au Burundi. Un mémo parvenu au Conseil de sécurité de l’Onu rend compte d’éléments constitutifs d’une situation catastrophique imminente à Bujumbura.Le mémo rédigé par Hervé Ladsous, le chef des opérations de maintien de la paix indique que ce qui se pointe à l’horizon pourrait dépasser les capacités d’intervention de l’Onu qui serait prise au dépourvu. De novembre à décembre a-t-il pu constater, la situation au Burundi s’est considérablement détériorée avec une importante augmentation des crimes et actes de violences.

 Hervé Ladsous prévient en effet qu’il y a trois scénarii allant de violences de moindre intensité à la guerre civile et à la barbarie extrême, le génocide auquel il estime que l’Onu ne pourrait pas répondre efficacement en raison du contexte actuel. En décembre, après des violences qui ont fait près de 90 morts, le Haut-commissaire de l’Onu aux droits de l’Homme avait alerté le monde que le Burundi allait basculer vers la guerre civile. Dans cette situation qui va de mal en pire, on dénombre plus de 700.000 personnes en manque de nourriture. Un chiffre qui équivaut à 36¨% de la population. On parle de ruptures de stocks de médicaments et de prise en charge des enfants âgés de moins de 5ans et des femmes enceintes. Un tableau dramatique d’une situation qui se complexifie avec la résurgence des groupes armés comme les Forces républicaines du Burundi (Forebu), la Résistance pour un Etat de droit au Burundi (Red-Tabara), sans oublier les Imborenakure, une milice pro-Nkurunziza.