La Nouvelle Tribune

Cop21 : Un expert parle d’un marché de dupe

Espace membre

La montagne de la Cop21 à Paris aura-t-elle accouché d’une souris ? L’expert environnementaliste camerounais Thierry Téné pense que oui. En réaction à l’Accord de Paris adoptée par la 21ème Conférence des parties sur le changement climatique il a dans une publication dénoncé un « business du climat ».

Thierry Téné estime qu’il n’y a pas d’avancée notable dans les propositions faites sur les 39 pages de l’Accord de Paris pourtant présenté comme un exploit dans les médias. L’expert demande « comment s’auto-satisfaire de l’accord de principe sur une réduction de 2°C à 1,5°C des émissions de Gaz à effet de serre (Ges) alors qu’ils continuent de croître sauf en période de récession ? ». Il constate qu’il n’y a rien de contraignant dans cet accord. Pour lui, les 100 milliards de dollars octroyés par les Pays pollueurs aux pays en voie de développement sont insuffisant. Pour cause, rappelle-t-il, selon la Banque africaine de développement (Bad), le changement climatique coûtera annuellement 45 à 50 milliards de dollars à l’Afrique jusqu’en 2040. Ce qui représenterait 7% du Produit intérieur brut (Pib) annuel du continent africain jusqu’en 2100. Tout en exprimant sa déception sur la Cop21, il se réjouit de la possibilité de croissance économique qui s’offre à l’Afrique dans le contexte actuel où les énergies renouvelables sont de mise. S’appuyant sur la contribution de la Bad qui relève « plusieurs opportunités de green business », Thierry Téné trouve « opportun d’accroître progressivement la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique ». Selon des estimations de la Bad, le continent africain a une capacité de production d’énergies renouvelables de 10.000 GW pour le solaire, 109GW pour l’éolienne, 350GW pour l’hydraulique et 15 GW d’énergie géothermique. L’expert camerounais estime également que l’Afrique qui possède 25% des réserves mondiales de terre fertiles pourrait aussi profité d’une révolution agricole.