La Nouvelle Tribune

Mali : Les parents des bérets rouges assassinés sous Sanogo réclament justice

Espace membre

Déjà plus de trois ans depuis la disparition les 1er et 2 mai 2012 de 21 bérets rouges au Mali pendant le putsch de la junte dirigée par Amadou Sanogo. Mais rien ne présage que justice sera rendue dans cette affaire selon les familles des disparus.

Réunis au sein d’un creuset dénommé Association des parents et épouses des militaires bérets rouges assassinés (Apaembra), ils exigent des actuelles autorités maliennes justice et funérailles dignes pour leurs frères assassinés. Comme s’ils ont été témoins oculaires du drame, les parents, photos des disparus à l’appui, ont rappelé comment les faits se sont déroulés selon eux lors d’une conférence de presse ce lundi. A en croire Yacouba Dembélé un des membres de l’Apaembra, les 21 bérets rouges ont été détenus au camp Soundiata Kéita de Kati où ils ont été soumis à des actes de tortures à longueur de journée par des hommes d’Amadou Aya Sanogo. Dans cette affaire, rappellent les parents, « un charnier contenant les restes des ossements, crânes de nos proches » a été découvert le 04 décembre 2013 à Diago près du camp Soundiata Kéita. Des tests ADN effectués confirment, ont-ils indiqué, qu’il s’agit bel et bien des 21 militaires bérets rouges. Les parents disent avoir déposé une plainte auprès du procureur de la république près le tribunal de la commune III du district de Bamako le 06 mars 2013. Ils parlent également de nombreuses correspondances envoyées aux membres du gouvernement qui sont restées sans suite. Epouses, enfants, pères, mères des victimes pour la plupart, se disent choqués par l’indifférence à leur égard et appellent la justice au secours. « Notre seul espoir, c’est la justice » a déclaré l’un d’entre eux.