La Nouvelle Tribune

Rwanda: Kagamé répond à Washington et à l’UE

Espace membre

Ce n’est plus la lune de miel entre le président rwandais et ses alliés européens et américains. Depuis d’adoption par l’assemblée nationale puis par le Senat rwandais le 17 novembre dernier de la nouvelle loi constitutionnelle, ça ne va pas entre Paul, les USA et l’UE.

Les menaces de sanctions de la communauté internationale contre son régime n’ont pas émoussé les ardeurs de l’homme fort du Rwanda. Ainsi, lors d’une réunion de son parti, le Front politique rwandais ce dimanche 6 décembre, le président Paul Kagamé a fait comprendre que les dirigeants occidentaux n’ont pas le droit de s’ingérer dans les affaires de son pays.

Mieux, sur le compte Twitter du Front politique rwandais (Fpr), le parti du président Kagamé, on pouvait lire : « Ils nous disent que nous devrions avoir le droit de faire nos propres choix, mais nos propres choix sont par la suite définis comme des ‘’manœuvres’’  (...) Nos choix sont qualifiés de manœuvres parlementaires, quand nos actes ne correspondent pas aux vœux d’autres nations ». Pour rappel, la nouvelle constitution adoptée par le Senat rwandais a ouvert la voie au président Kagamé pour se présenter aux élections en 2017 mais aussi la possibilité d’y rester jusqu’en 2034. Et c’est justement ce qui n’est pas du goût de la communauté internationale.