La Nouvelle Tribune

Crise au Burundi : Boni Yayi nommé médiateur par l’Union Africaine

Espace membre

Thomas Boni Yayi, le chef de l’Etat du Bénin, sera à nouveau hors du territoire national. Le président de la république effectuera dès ce lundi 7 décembre, une mission au Burundi.

Le chef de l’Etat béninois se rend dans ce pays de l'Afrique de l'Est rongé par une crise pour tenter de rapprocher le gouvernement et l’opposition burundaise farouchement contre le troisième mandat du président Pierre N’Kurunziza. Ces protagonistes de la crise burundaise devrait en effet, conformément aux résolutions prises par les Nations Unies et par l’Union Africaine se retrouver autour d’une table pour essayer de trouver un accord afin que cessent les tirs et autres violences dans le pays. C’est dans le cadre donc de ces négociations que Boni Yayi a été désigné pour être le facilitateur. Cette mission de médiateur ou encore de conciliateur, Boni  Yayi se l’est vu confiée par l’Union Africaine, notamment la présidente de la Commission de l’Union Africaine, Nkossazana Dlamini-Zuma. Selon des informations rapportées par RFI, la mission a été confiée à Boni Yayi en marge du sommet Chine-Afrique qui s’est tenu vendredi dernier à Johannesburg en Afrique du Sud. A en croire toujours RFI, Boni Yayi a été préféré au président ougandais en raison de faible résultats. L’autre raison qui aurait également conduit au choix du président béninois, ce serait sa religion qu’il partage en commun avec N’Kurunziza (les deux hommes sont des évangélistes) et son passé en tant que médiateur dans d’autres crises sur le continent. Il faut signaler que cette mission qui ne se substitue pas aux autres initiatives en cours s’annonce très rude pour le président de la république du Bénin. En effet, le gouvernement burundais est contre toute immixtion dans la gestion de la crise. Il souhaiterait plutôt être l’initiateur du dialogue. Ce que ne veut entendre de son côté, l’opposition burundaise.