La Nouvelle Tribune

Syrie : Paris change son fusil d’épaule

Espace membre

Quand le rythme change la cadence change. Paris change de langage au profit de Bachar el-Assad, l’indétrônable dirigeant syrien qui résiste tant bien que mal à la guerre déclenchée pour son départ du pouvoir. Très acerbe contre el-Assad dont il réclamait le départ, la France, du moins celui qui la représente dans les instances diplomatiques, Laurent Fabius a fait savoir que le départ du dirigeant syrien n’est plus une priorité.

Dans un entretien accordé au quotidien français Le Progrès de ce samedi, Laurent Fabius déclare que la transition politique voulue en Syrie « ne veut pas dire que Bachar el-Assad doit partir » d’abord. C’est un discours différent de la position tranchée qu’a toujours eu Paris. Ce changement de ton pour certains, est dicté par les attentats du 13 novembre à Paris. Avec cet évènement, il faut noter que le président français François Hollande a à plusieurs reprises insisté sur une guerre ouverte à Daech, l’organisation Etat islamique. Paris est à cet effet, à la recherche d’une large coalition internationale qui réunirait entre autres les Etats-Unis et la Russie. Paris souhaite également travailler de concert avec l’armée syrienne. Et c’est là le hic, jeudi, le même Laurent Fabius a indiqué que tant que Bachar el-Assad sera le chef, pas question de travailler avec l’armée syrienne.