La Nouvelle Tribune

Congo Brazzaville: un référendum sans engouement

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Hier dimanche 25 octobre, les congolais s'étaient rendus aux urnes pour se prononcer sur le nouveau projet de loi constitutionnel. Contesté par l'opposition, le scrutin de ce dimanche n'a pas eu un assentiment particulier au niveau des populations.

A l'ouverture des bureaux de votes, le constat reste non réluisant en matière de mobisation des congolais. Timidement, ils se sont dirigés dans les bureaux de votes. Dans certains quartiers de la capitale, Brazzaville, on notait de petites files d'attentes devant les bureaux de votes. Une participation qui laisse à desirer et surtout qui remet en cause la légitimité de ce référendum constitutionnel. Un référendum qui permettrait à l'actuel président, Dénis Sassou-Nguesso de se presenter à l'élection présidentielle de l'an prochain puisque le nouveau texte lève la condition d'âge qui était fixée à 70 ans.

Le faible taux de participation au scrutin de dimanche est l'oeuvre de l'opposition qui avait appélé au boycott. Visiblement, cet appel a été entendu par les populations. Avant la fermeture des bureaux de votes, le constat restait le même. Les électeurs congolais se sont abstenus d'aller voter. Rapellons que la contestation de ce srcutin par l'opposition a fait plus de six morts par balles et des milliers de blèssés.