La Nouvelle Tribune

Congo Brazzaville : l’Union européenne se démarque de François Hollande

Espace membre

L’Union européenne réagit à la situation qui prévaut à Brazzaville. Elle se met au-dessus de la mêlée et se démarque de François Hollande, le président français. Sans parti pris, l’Union européenne prévient que la situation politique du pays et les manifestations qui ont suivi l’annonce de l’organisation d’un référendum constitutionnel comportent des « risques pour la stabilité » du Congo.

Dans sa déclaration, l’Ue rappelle que « La liberté d’expression et d’association doit être préservée » et souligne que « La violence, ne peut jamais constituer la réponse pour la stabilité du pays ». Dans une démarche conciliante, l’Union appelle le gouvernement et les opposants au référendum de dimanche prochain à « mettre en place urgemment les conditions permettant un dialogue inclusif, seule voie pour rétablir un consensus large sur une question d’intérêt national que constitue une révision de la constitution ».

L’Ue dit soutenir l’Union africaine, notamment, la déclaration de la présidente de la Commission de l’Ua, la sud-africaine Dlamini Zuma qui a rappelé au gouvernement congolais le devoir de respecter « la Charte africaine de la démocratie des élections et de la bonne gouvernance ». De même l’Ue insiste sur le respect des engagements pris dans le cadre de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac).