La Nouvelle Tribune

La frégate de surveillance Germinal au port de Cotonou avec des marins français

Espace membre

Arrivés au port de Cotonou à bord de la frégate de surveillance FS Germinal, des marins français ont hier, au cours d’un point de presse, signalé leur  présence dans les eaux béninoises dans le cadre des activités de coopération franco-béninoise pour la lutte contre la piraterie, le banditisme en mer  dans le Golfe de Guinée conformément au cahier de charge de la mission Corymbe.

Après l’Aviso «commandant Bouan» en fin mars, la FS Germinal, un bâtiment de surveillance maritime de la marine française  accoste au Port autonome de Cotonou. Le capitaine Samuel Dupont, commandant de bord et son équipage ont  reçu hier, jeudi 8 octobre 2015, des journalistes pour leur expliquer la présence de cette frégate  qui fera trois jours, jusqu’au samedi soir, dans les eaux béninoises. «L’objet de cette visite est de poursuivre la coopération que l’on entretient depuis longtemps avec la marine béninoise et les autorités béninoises dans le cadre de la surveillance maritime, de l’action de l’Etat en mer et de la prolongation du processus de Yaoundé  qui est mis en place à Cotonou» a déclaré le capitaine Dupont. Le Germinal, a-t-il poursuivi, est déployé depuis plus d’un mois dans le Golfe de Guinée. Il participe à  la surveillance de la zone en coopération avec toutes les marines riveraines  et notamment celle béninoise par le centre opérationnel maritime sous le centre multinational maritime basé à Cotonou.  A  leur arrivée, ils ont déjà reçu la visite des autorités portuaires, du  tout nouveau préfet maritime  et le  chef d’Etat-major des forces navales en présence de l’ambassadrice de France au Bénin. Pendant ces trois jours, ils auront des rencontres d’échanges, de partage  d’expérience et de formation avec les marins béninois. Il y aura, précise-t-il, des activités communes de plongée. Selon le capitaine de corvette Patrice Thomas, Chef projet Appui à l’action de l’Etat en Mer,  cette escale au Bénin est «porteuse d’un message fort d’amitié, de solidarité et d’intérêt partagé».  La dernière escale du Germinal remonte en septembre 2013.  Et depuis cette année-là, souligne M. Thomas, «plus aucun cas de piraterie ou brigandage n’a été recensé au large du Bénin». Il a indiqué que la visite du Germinal intervient dans un contexte où «le Bénin vient de décréter la création d’une Autorité nationale chargée de l’action de l’Etat en Mer (Ancaem)».  Engagée aux côtés des pays du Golfe de Guinée pour la lutte contre l’insécurité maritime, la France, a-t-il informé, assume sa part par le biais du Fonds de solidarité prioritaire Asecmar et par les bâtiments de la marine nationale française dont le Germinal. En dehors des instructions au profit de la marine béninoise, les marins français auront des actions sociales à l’intention des enfants d’une école de l’association «Rugby pour tous» à Cotonou, Les Cocotiers. A bord du Germinal long de 95 mètres, renseigne le commandant, ils sont une  centaine de marins dont une seule femme. Le bateau est doté d’un système de défense et remorque un hélicoptère de type Alouette3