La Nouvelle Tribune

Corruption à l’Onu : la justice américaine sur les traces d’un réseau

Espace membre

Après la Fifa, la justice américaine révèle un nouveau scandale de corruption, cette fois-ci, à l’Organisation des Nations-Unies (Onu). Selon la justice américaine, John Ashe, ancien président de l’Assemblée générale de l’Onu est mêlé à une affaire de corruption de plus de 1,3 million de dollars avec des hommes d’affaires chinois.

Le responsable onusien qui a présidé la 68ème session de l’Assemblée générale de l’Onu aurait accepté d’importants pots-de-vin afin d’aider un groupe de cinq hommes d’affaires chinois. Ces graves accusations de corruption ont été révélées lors d’une conférence de presse par Preet Bharara, le procureur fédéral de Manhattan. Il a notamment déclaré que John Ashe « s’est vendu, de même que l’organisation qu’il dirigeait ». Le procureur dénonce une plateforme de profit et fait savoir que les investigations sont en cours pour dévoiler d’autres cas de corruption au sein de l’Onu. Ban Ki-moon, le Secrétaire générale de l’Onu s’est dit « choqué » par ces accusations. John Ashe, l’homme dont il est question, est l’ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda près des Nations Unies. Il devrait favoriser la réalisation d’un projet de centre de conférence sponsorisé par l’Onu en Chine et des projets immobiliers dans son pays.