La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire : Menaces d’une nouvelle crise post électorale

Espace membre

A 48 heures de l’ouverture de la campagne électorale en prélude à l’élection présidentielle du 25 octobre prochain, six candidats ont averti mercredi qu’une nouvelle crise menace de s’abattre sur la Côte d’Ivoire.

Les Candidats Charles Konan Banny, Bertin Kouadio Konan, Mamadou Koulibaly, Amara Essy, Siméon Kouadio Konan et Gnangbo Kacou réclament au président Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession, des conditions pour une élection « crédible et transparente ». Lors d’un meeting à Yopougon à l’ouest d’Abidjan, ils ont donné un ultimatum de 48 heures au régime Ouattara pour engager les négociations devant favoriser l’instauration de conditions adéquates à leur participation au scrutin.

Mamadou Koulibaly, l’un des six candidats dénonce la sourde oreille de Ouattara qu’ils convoquent en vain, depuis des mois, à la table de négociation pour établir un « minimum de consensus ». Ce candidat à la présidentielle prenant à témoin la communauté internationale a déclaré « Onu, Union africaine, Cedeao, Union européenne, vous qui êtes si promptes à sanctionner les régimes répressifs, pourquoi vous refusez quand il s’agit de Ouattara ? ». Il a par la suite mis en garde ces organisations sous-régionale, continentale et internationale qu’« un danger plane sur la Côte d’Ivoire » à cause des «dérives du pouvoir d’Abidjan » dont il dit parler depuis « 04 ans ». A l’instar de Mamadou Koulibaly, Charles Konan Banny a déclaré que la Côte d’Ivoire n’a pas besoin d’un autre scrutin mal organisé susceptible de de la replonger dans une crise. Après Amara Essy, un candidat indépendant qui a annoncé la suspension de sa participation au scrutin, ces six candidats menacent de se retirer si le président Alassane Ouattara ne les écoutaient pas avant le deadline de 48 heures qui expire vendredi.