La Nouvelle Tribune

Arrestation suite au putsch manqué au Burkina: c’est le tour des civils

Espace membre

Après les arrestations des militaires, hauts gradés, auteurs déclarés du coup d’état du 16 septembre dernier, la commission d’enquête mise en place suite à cet événement rallonge sa liste des prévenus par des civils qui auraient joué des rôles dans les coulisses.

Après plusieurs officiers du Régiment de sécurité présidentiel, La commission d’enquête vient de mettre sous les verrous des civils. Il s’agit de Léonce Koné, deuxième vice président du Cdp, parti de ex-président Blaise Campaoré, Hermann Yaméogo, président de l’Undd, parti de la mouvance du régime Campaoré, Hermann Badolo un actif de la société civil réputé proche du camp déchu.

Serait-il la conséquence de leur soutien déclaré pendant la très courte période au Conseil national pour la démocratie du général Gilbert Diendéré ? Les proches de ces présumés complices soutiennent qu’ils ne sont mêlés ni de loin ni de près à la préparation et l’exécution du coup d’Etat commis par les militaires de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (Rsp). La commission d’enquête affirme que ceci n’est qu’une garde à vue pour le besoin de l’enquête.

Les trois parvenus, Léonce Koné, Hermann Yaméogo et Hermann Badolo restent les premiers civils d’une liste que seule la commission d’enquête a le secret. Cette arrestation s’ajoute à une liste des officiers qui ne cesse de s’allonger.

Des officiers déjà sous le verrou, on peut citer le très célèbre General Gilbert Diendéré, le colonel-major Boureima Kéré ex-chef d’état-major-particulier du président Campaoré, le capitaine Dao présenté comme l’un des cerveaux du coup d’état manqué, le capitaine Zoumbri, chargé précédemment du désarmement, l’on l’accuse ce dernier, de ne pas faire son travail, trois lieutenants sont actuellement placés sous verrou et le commande Abdoul Aziz korogo qui reste jusqu’à présent le seul interpelé et relâché.

Toujours est-il que le Président de la transition Michel Kafando a déclaré que cette commission ne fera pas une chasse aux sorcières.