La Nouvelle Tribune

Mali : la présidence accusée de surfacturation dans un gré à gré

Espace membre

Au Mali, le Parti pour la renaissance nationale (Parena), un parti d’opposition dénonce un scandale de surfacturation à la présidence de la République. Il s’agit d’une affaire d’achat de 1000 tracteurs que le président Ibrahim Boubacar Kéïta a lui-même remis le 22 septembre dernier aux paysans maliens.

Selon le Parena, l’achat des 1000 tracteurs s’est fait dans « une transaction opaque » de « marché gré à gré déguisé» illégalement passé entre « l’Etat et un fournisseur sélectionné ». Le Parena accuse la présidence d’avoir gonflé les chiffres. Selon le parti d’opposition l’Etat malien a acheté un tracteur à plus de 13 millions de francs Cfa alors que la machine coûterait réellement un peu moins de 6 millions de francs Cfa. Le montant aurait donc passé du simple au plus du double. De quoi susciter une révolte si on sort les calculatrices pour avoir une idée du montant détourné pour l’achat des 1000 tracteurs.

Faux selon la majorité présidentielle

Une telle affaire après les démêlés avec le Fmi dans de précédentes affaires de détournements, le gouvernement malien ne s’en remettrait pas. Les partis de la majorité présidentielle ont vivement protesté contre cette accusation qu’ils jugent de « fausse ». Le gouvernement a lui-même réagi et démenti les révélations du Parena. Les autorités maliennes assurent qu’aucune surfacturation n’a eu lieu et que le marché a été cédé dans les règles de l’art sous le contrôle de la Direction des marchés publics.