La Nouvelle Tribune

Putsch au Burkina : selon un site français, Paris était probablement informé

Espace membre

Il est devenu l’homme fort du Burkina Faso, au terme du dernier putsch contre le gouvernement de transition. Ancien chef d’état-major particulier de Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré, 55 ans, a toujours été proche du président déchu par la révolution Burkinabé.

Considéré comme le personnage « le mieux renseigné du pays », affairé sans relâche autour des secrets du pouvoir, Gilbert Diendéré fut longtemps celui qui ravivait les vrais ou faux coups d’Etat dont le régime Compaoré se disait parfois victime et participait également aux missions de pacification en Afrique. Le site français Mondafrique a révélé qu’il a sûrement bénéficié du soutien discret à Paris de hauts responsables. Ce site créé par un ancien journaliste du quotidien "Le Monde" parle de l'ancien ambassadeur français au Burkina, le général Emmanuel Beth et, le chef de l'Etat Major particulier de l'Elysée, le général Benoit Puga.

Ces deux responsables que le site qualifie de proches du pouvoir français, étaient bien avisés. Si ces faits sont avérés, cela pourrait susciter une question : pourquoi l’Elysée n’a t-elle pas dissuadé le militaire putschiste ?

Lire l'article du site Mondafrique.com