La Nouvelle Tribune

Tentative de coup d’Etat au Burkina : folie antipatriotique et sabotage de la démocratie

Espace membre

Fou ! Et c’est usé d’euphémisme pour qualifier ce qui se passe au Burkina Faso avec des militaires débridés prenant en otage tout un gouvernement. Des hommes ayant de la poudre à canon en lieu et place de la matière grise sèment la pagaille au pays des hommes intègre, mettant en péril les efforts de relance de la nation burkinabè après l’exploit populaire contre le régime au relent monarchique de Blaise Compaoré contraint à l’exil.

Contre toute attente, les éléments du Régiment de sécurité présidentielle ont pris d’assaut le palais de Kosyam au moment où le Président Michel Kafando et son gouvernement étaient en plein conseil des ministres. Une folie qualifiée à juste titre de « coup de poignard dans le dos de la démocratie » par le candidat à la présidentielle d’octobre prochain. Et cela s’entend quand on a l’esprit la date du 11 octobre prochain retenue conformément au calendrier de la transition politique en cours pour consacrer le retour du pays sur les rails de la démocratie.

Des ennemies de la nation

Ce groupe de militaires à l’origine de la confusion à Ouagadougou depuis ce mercredi 16 septembre a choisi de placer leurs intérêts corporatistes au-dessus des intérêts de la nation qui, de leur fait, se retrouve ainsi en danger comme l’a souligné Cheriff Sy, le président du Conseil National de la transition (Cnt). Cette race de militaires indésirables était condamnée à disparaître selon les conclusions du rapport de la Commission de réconciliation nationale et de sécurité. La commission a recommandé une dissolution du Rsp et demandé que ses éléments soient redéployés à des missions autres que celles d’assurer la sécurité du président. Et pour cause la commission relève que « le Rsp est devenu une armée dans l’armée ». L’armée nationale elle-même a indiqué le rapport « souffre de la déperdition des valeurs éthiques et professionnelles ». En prenant en otage le gouvernement de la transition dans l’après-midi de mercredi, ces éléments du Rsp ont tôt fait de confirmer ce qui est dit de cette super-unité qui se croit au-dessus du pays. Et il faut emprunter les expressions de Guy-Hervé Kam du balai citoyen pour constater que « Le Rsp est une plaie dans la démocratie » dont il faut à tout prix débarrasser le pays des hommes intègres.