La Nouvelle Tribune

Guinée : Cellou Dalein Diallo dans la «présidentielle-phobie»

Espace membre

En Guinée Conakry, l’opposition au président Alpha Condé semble être apeurée au fur et à mesure que s’approche l’élection présidentielle. A quelques trois semaines du scrutin présidentiel l’opposition guinéenne a menacé mardi de boycotter cette grande messe électorale.

C’est Cellou Dalein Diallo le chef de file des opposants du régime d’Alpha Condé qui a indiqué l’imminence de ce boycott au moment où des observateurs internationaux sont déjà déployés dans le pays pour suivre le bon déroulement de l’élection. Selon Cellou Dalein Diallo les formations politiques d’oppositions sont « tellement préoccupées » qu’elles se demandent s’il est « opportun de continuer à participer à ce processus ». Le leader de l’opposition guinéenne accuse Alpha Condé de manipuler la Céni en donnant des consignes à Bakary Fofana, le président de l’institution chargée d’organiser les élections. En dépit des allégations de l’opposition une mission conjointe de l’Onu, l’Ua, la Cedeao et l’Oif, a selon le porte-parole du gouvernement Albert Damantang Camara, relevé que le processus d’organisation du scrutin va bon train. Les quatre organisations ont notamment, a-t-il rappelé, noté une bonne application de l’accord politique trouvé entre l’opposition et le gouvernement le 20 août pour la tenue d’élection transparente. Aussi ont-ils souligné les avancés dans la correction du fichier électoral.

Boulevard ouvert à Condé

Si les partis d’opposition observaient ce boycott, ils auront sans doute laissé le boulevard ouvert à Alpha Condé pour remporter haut les mains cette élection. Les organisations internationales étant d’accord sur le fait que les conditions pour la tenue de ce scrutin sont remplies, elles n’auront pas du mal à valider les résultats qui sortiront. Les partis d’opposition ont donc à se mobiliser pour battre véritablement campagne et surveiller le déroulement du scrutin pour espérer évincer Alpha Condé si tant est qu’ils veulent d’une alternance au pouvoir.