La Nouvelle Tribune

Mali : arrestations de présumés djihadistes près de la Côte d’Ivoire

Espace membre

Soupçonnées d’appartenir à un groupe djihadiste des personnes en provenance de la Côte d’ivoire ont été prises dans la localité malienne de Zégoua située dans la région de Sikasso. Arrêtés lundi soir selon une source sécuritaire, les djihadistes présumés étaient à bord d’un car.

Parmi eux se trouvent des Mauritaniens, des Maliens et des Franco-maliens détenant des passeports dont l’authenticité est en cours de vérification, selon une des sources sécuritaires qui soutient que les personnes arrêtées n’ont pas l’air d’être des voyageurs ordinaires. Les enquêteurs chargés de vérifier la nature des personnes arrêtées ont, signale-t-on, identifié deux membres de la secte islamiste de la Dawa. A propos de leurs destinations, certains des individus arrêtés ont indiqué qu’ils se rendaient à Bamako dans la capitale malienne tandis que d’autres ont fait savoir qu’ils allaient à Gogui, une localité du nord-ouest du Mali dans les encablures de la frontière mauritano-malienne.

Au Mali la situation sécuritaire n’est pas rassurante. Des pays occidentaux et la mission de l’Onu au Mali (Minusma) ont, la semaine dernière, appelé leurs ressortissants et des missionnaires à une vigilance accrue en raison des informations qui leurs parviennent sur des menaces d’attaques terroristes dans la capitale malienne. Les services de sécurité qui ont pris au sérieux ces rumeurs d’attentats renforcent les contrôles à leurs frontières. Malgré les accords signés, les groupes djihadistes dont Ansar Dine et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) continuent d’être actifs dans la partie septentrionale du Mali en proie à la rébellion Touaregs. Les 27 et 28 juin derniers, deux attentats ont eu lieu respectivement à Nara dans le nord-ouest près de la frontière mauritanienne et à Fakola à proximité de la Côte d’Ivoire. Ces deux attaques dont l’un qui a visé un camp militaire ont été revendiquées par le N°1 de Ansar Din, Iyad Ag Ghaly.