La Nouvelle Tribune

Présidentielle au Burkina : le parti de Compaoré repêché par la justice ouest-africaine

Espace membre

Ecarté de la course à la présidentielle par le nouveau électoral en vigueur au Burkina Faso, le parti du président déchu Blaise Compaoré a de quoi se frotter les mains. Le nouveau code électoral empêchant le Congrès pour la Démocratie  et le progrès (Cdp) de l’ex président a été invalidé ce lundi 13 juillet 2015 par la Cour de justice ouest-africaine de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Ce code adopté en avril, selon la Cour Ouest-africaine est en « violation du droit de libre participation aux élections ».

Injonction au Burkina Faso

Donnant raison au parti de Blaise Compaoré, la Cour de justice de la Cedeao a aussi ordonné à l’Etat burkinabé de « lever les obstacles » à la participation de tous les partis qui le souhaitent aux élections dans le pays. Cette décision tombe à point nommé pour le parti de l’ancien président Blaise Compaoré qui a désigné samedi Eddie Komboïgo, un expert-comptable autrefois méconnu, comme candidat pour la reconquête du pouvoir perdu en octobre dernier. Reste à savoir si Ouagadougou obtempérera à l’injonction de la justice ouest africaine. En prélude à l’élection présidentielle prévue pour le 11 octobre prochain, les candidatures sont attendues du 24 au 1er août.