La Nouvelle Tribune

L'Afrique du Sud menace de quitter la CPI

Espace membre

Accusée d'avoir laissé fuir le président soudanais Omar El Béchir, l'Afrique du Sud de Jacob Zuma ne veut pas se laisser faire. Lors d'un débat au parlement le ministre adjoint des affaires traditionnelles sud-africain, Obed Bapela a affirmé que des réformes étaient nécessaires au sein de la cour pénale internationale.

Pour lui le fait qu'un pays comme les Etats-unis ne fassent pas partie de la CPI remet en cause sa crédibilité. Et il est nécessaire que des réformes soient conduites au sein de cette cour sensée être une cour internationale. "L'ANC se réserve le droit de présenter ces réformes et si elles ne sont pas acceptées nous n'aurons pas d'autre choix que de reconsidérer notre adhésion à la CPI" conclut-il.

Face aux accusations concernant le président Omar El Béchir, le ministre a retorqué que le gouvernement n'allait pas "utiliser l'UA comme une plate-forme pour arrêter des dirigeants, cela n'arrivera jamais". Il faut dire que l'opposition et la justice n'ont pas été tendres avec le régime de Jacob Zuma, qui reste malgré tout droit dans ses bottes.  

Le départ de l'Afrique du Sud de la CPI serait sans aucun doute un séisme qui ne sera pas sans conséquence sur l'existence même de ladite cour déjà critiquée dans de nombreux procès dont celui de Laurent Gbagbo actuellement détenu à la Haye.