La Nouvelle Tribune

Gbagbo à la Cpi : Charles Konan Banny regrette

Espace membre

Charles Konan n'est pas à l'aise à propos de l’extradition de Laurent Gbagbo, l’ancien chef de l’Etat ivoirien à la Haye. L’homme qui a conduit les travaux de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr) en Côte d’Ivoire sous la bénédiction du président Alassane Ouattara, a déploré le fait que l’ex-président de la République ivoirienne soit jugé à la Cour pénale internationale.

Il a fait savoir que c’est « blessant » de savoir Laurent Gbagbo à la Cpi et que s’il lui était donné de prendre cette décision, cela ne se serait pas produit. A la tête d’un mouvement politique dissident du Parti démocrate de Côte d’Ivoire (Pdci), Charles Konan Banny est en campagne contre la réélection du président Alassane Ouattara qui selon lui persiste dans des pratiques non vertueuses.

Son mouvement dénommé Coalition nationale pour le changement (Cnc) qui regroupe des transfuges du Pdci selon lui a été approuvé par l’ancien président Laurent Gbagbo. Selon Charles Konan Bédié, la justice ivoirienne est « aux ordres ». Il en veut pour preuve le grand décalage entre la peine de 20 ans de prison infligée à l’ex première dame Simone Gbagbo au moment où ses co-accusés écopaient de peines inférieures.

Contre la décision de son parti le Pdci qui a décidé de s’allier au Rdr du président sortant pour faire de lui le candidat unique de leur alliance, Charles Konan Banny a rappelé que Alassane Ouattara ne devrait pas oublier qu’il fait l’objet d’un mandat d’arrêt lancé contre lui en 1999 par celui qui est son allié aujourd’hui, l’ancien président Henry Konan Bédié.