La Nouvelle Tribune

Lac Tchad : Niamey accusé d’expulser des déplacés de Boko Haram

Espace membre

Actif dans le front des armées africaines combattant la secte terroriste nigériane Boko Haram, le Niger est accusé d’un geste déplacé qui déteint sur son image. Selon un rapport accablant de l’Association Alternative espaces citoyens, les autorités nigériennes ont purement et simplement expulsé les nombreux déplacés qui fuyant les exactions de Boko Haram ont trouvé refuge sur des îles du lac Tchad.

Il ne s’agit pas d’une simple évacuation comme le disent les autorités nigériennes, assure l’association. Dans son rapport sur le traitement infligé à ces déplacés qui avoisinent les 25.000, l’association révèle que les autorités nigériennes ont usé de la force pour expulser les habitants d’infortune des Îles concernées. Une situation qui a livré les dizaines de milliers d’habitants sans moyens, sans eau et sans nourriture à se lancer à pieds, à la recherche de nouvelles destinations à Nguimmi, Bosso, Barwa. Le rapport indique qu’ils ont marché pendant de nombreux jours et certains d’entre eux ont trépassé des suites de pénibles déplacements.

Promesses non tenues

A l’origine de cette expulsion, un communiqué Radio du gouverneur de la région de Diffa. Il avait donné pour ultimatum le 04 mai parlant d’«évacuation » sous prétexte que des combattants de Boko Haram seraient parmi les habitants des îles. Il avait alors promis des véhicules pour assurer leur évacuation. Mais rien n’a été fait signale l’association de défense des droits de l’homme qui a rédigé un rapport indiquant qu’il s’agit d’expulsion sous menaces. L’association dans ses enquêtes, a recueilli des témoignages auprès des déplacés qui ont été livrés à eux-mêmes dans des conditions extrêmement pénibles qui font craindre la dégradation de leur situation humanitaire. Il est a rappelé que parmi ces déplacés se trouvent de nombreux, enfants, des nourrices, des vieillards. En dépit du manque cruel de nourriture, il est à craindre des maladies et la complication des problèmes de santé chez certains d’entre eux.