La Nouvelle Tribune

USA : des écrivains contre un prix à Charlie Hebdo

Espace membre

05 mois après l’attentat terroriste (des frères Kouachi) qui a décimé sa rédaction, le magazine satirique français, Charlie Hebdo est désigné par le Pen american center, une organisation américaine, pour recevoir un prix pour la défense de la liberté d’expression. Mais ce choix n’est pas du goût de six romanciers des 800 invités attendus. Ils ont indiqué qu’ils boycottent la remise du prix  prévue pour le 05 mai prochain.

Charlie Hebdo est à nouveau, objet de protestations. Le journal satirique français victime le 07 janvier 2015, d’un attentat qui a suscité  de vives réactions partout dans le monde, est cette fois-ci, décrié par des écrivains. Ils  s’opposent à l’attribution d’une récompense de défense de liberté, à Charlie Hebdo par le Pen american center. Le prestigieux prix dont il est question, doit être remis à l’hebdomadaire satirique français le  05 mai prochain lors d’un dîner de gala du Pen auquel sont attendus environ 800 acteurs du livre dont des écrivains et des éditeurs.

A cette soirée, six des romanciers attendus ne seront pas présents. Il s’agit des Américains Teju Cole, Francine Prose et Rachel Kushner, du Canadien Michael Ondaatje, du Britannique Taiye Selasi et l’Australien Peter Carey. Ces écrivains qui ont la dent dure contre le magazine satirique français lui reprochent des relents islamophobes à l’origine du  drame du 07 janvier à Paris. De ce fait estime, l'un deux, bien que victime d'un acte barbare, ce n’est pas une question de liberté d’expression. A son avis, le Pen n’a pas tenu compte de la tension sociale en France en laissant libre cours aux excès de zèle du journal satirique qu’ils traitent d’islamophobe et raciste.

Charlie Hebdo sera distingué

Malgré les plaintes et les critiques de ces six romanciers, l'organisation américaine,  Pen american center, ne renonce pas au choix porté sur Charlie Hebdo. Elle a expliqué qu’elle ne voit pas en la ligne éditoriale du magazine satirique français, une volonté affichée de discriminer voire d’injurier les fidèles musulmans. Pour le  Pen american center, Charlie Hebdo s’illustrait dans le combat d'une minorité de radicaux hostiles à la liberté d’expression. A cette soirée de prestige le prix « Pen/Toni and  James C. Goodale Freedom of expression courage Award » sera remis à deux représentants  de l’hebdomadaire satirique français dont Jean-Baptiste Thoret qui doit la vie au fait qu’il n’était à la rédaction au moment de  l’assaut terroriste des frères Kouachi le 07 janvier 2015.