La Nouvelle Tribune

Charlie Hebdo : une contre-manifestation à Dakar pour dire « Je suis africain » et dénoncer l'attitude des chefs d'Etat africains

Espace membre

Pour soutenir les familles éplorées en Afrique et dénoncer l'attitude des chefs d'Etat africain qui semblent ne pas se soucier des victimes du terrorisme sur leur continent, une association sénégalaise, la Plateforme africaine pour le développement et les droits humains (PLADH) à lancer un appel à une grande mobilisation pour dire « Je suis africain ». 

Bien qu'étant sensible à l'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo, cette organisation pointe du doigt l'inaction des représentants africains face à une série de meurtres, de viols, de pillages d'une plus grande ampleur. Lire ci-dessous le communiqué de la PLADH.

Charlie Hebdo : Comment Yayi Boni verse des larmes de crocodile

Charlie Hebdo: les professionnels de médias béninois dénoncent l’hypocrisie de Yayi

Charlie Hebdo : manifestations monstres en France et ailleurs

Charlie Hebdo : les médias français accusés d'avoir mis en danger la vie de certains otages

France : les musulmans demandent plus de sécurité pour les mosquées

Communiqué

La Plateforme africaine pour le développement et les droits humains (PLADH) a constaté avec amertume la vague de contestation qui a eu lieu à Paris et ayant mobilisé plus de 50 Chefs d’Etats dont six présidents Africains (Macky Sall, Yayi Boni, Faure Gnassimbé, Ibrahime Boubacar Keita, Denis Sassou Nguesso et Aly Bongo).

Non pas parce que nous ne sommes pas Charlie Hebdo dont nous condamnons l’acte barbare des terroristes perpétré dans ses locaux faisant prés de 12 morts, mais c’est plutôt le manque de cohérence dont ont fait montre nos chefs d’Etats africains à l’exception de Paul Biya du Cameroun qui a eu le courage de dénoncer ses paires africains. « Mes collègues rendent hommage aux morts français mais les morts de chez nous, ils s’en foutent. Vous faites honte à l’Afrique », a dit le Chef de l’Etat du Cameroun

En effet, au moment où ils se rendaient à Paris, au même moment l’Afrique comptait ses morts. Car la veille de cette marche dite républicaine plus de dix personnes ont été massacrées au Nigéria. Des massacres qui viennent s’ajouter aux 4900 morts enregistrés dans ce même pays d’Afrique depuis mai 2009.

Et au lendemain, de cette marche, 2000 autres personnes ont été tuées dans 16 villages complètement ravagés et rayés de la carte du Nigéria.

Au Mali, chaque semaine, des dizaines de soldats africains sont tués par les islamistes, la semaine dernière des militaires sénégalais ont été gravement blessés et sont admis à l’hôpital et sont entre la vie et la mort. Dans d’autres pays comme le Kenya, l’homme est massacré.

Pour tous ces actes barbares, il n’y a jamais eu une vague de contestation telle qu’il s’est passé en France.

Ni Nicolas Sarkozy, ni François Hollande ne se sont rendus au Nigéria pour se solidariser avec ce peuple.

Par conséquent La Plateforme africaine pour le développement et les droits humains (PLADH) se désolidarise naturellement des présidents d’Afrique francophone qui ont été à Paris, sous prétexte de soutenir leur homologue François Hollande.

La PLADH appelle ainsi toutes les associations Africaines, la société civile, les défenseurs des droits humains à un grand rassemblement le vendredi 24 janvier à Dakar et dans toutes les autres capitales africaines pour dire « Je suis Africain », « Je suis Nigérian », « Je suis Camerounais », « Je suis kenyan »…
Il s’agit, à travers cette manifestation, de dire non à l’impérialisme galopante de la France, mais aussi et surtout pour se solidariser avec le peuple africain. Car les morts de « Charlie Hebdo » ne sont pas plus importants que ceux de l’Afrique ramassés par dizaine ou par centaine au nord Mali, au Nigéria, en Centrafrique, au Soudan, au Kenya, entre autres.

Au Sénégal, la PLADH demande aux religieux (chrétiens comme musulmans), les imams, les syndicats, les mouvements, les associations aux ambassadeurs africains accrédités au Sénégal, les partis politiques, au gouvernement du Sénégal à venir massivement participer à ce grand rassemblent à la Place de l’obélisques de Dakar.

La PLADH invite à ce Rassemblement Africain, l’ensemble des six Chefs d’Etat qui étaient à Paris ainsi que François Hollande.

Thomas Sankara a été tué pour avoir combattu l’impérialisme, nous sommes aussi prêts à mourir pour la même cause. Tous donc au rassemblement du 24 à Dakar et partout en Afrique

Sambou BIAGUI
Coordonnateur Général des Activités
(CGA PLADH)
77 559 27 80/ 70 847 87 71