La Nouvelle Tribune

Tanzanie : l’Onu veut voir clair sur le cas d’une fillette albinos en Tanzanie

Espace membre

Un nouveau cas d'enlèvement d'albinos défraie la chronique. Il s’agit du cas d’une fillette  tanzanienne portée disparue depuis la nuit du 27 décembre. Agée de 4 ans, Pendo Emmanuelle Nundi a été enlevée  dans le district de Kwimba, province de  Mwanza,  par des individus non identifiés armés de machette qui ont d’abord réussi à neutraliser son géniteur.

Informé de l’enlèvement de cette fillette albinos, M. Alvaro Rodriguez,  représentant résident du Programme des nations-unies pour le développement (Pnud)  et coordinateur du système des nations unies en Tanzanie  a réclamé à la télévision publique du pays, « une enquête complète dans l’affaire » afin que les auteurs soient identifiés et arrêtés.

Dans l’espoir que la fillette soit encore vivante,  le coordinateur du système des nations unies en Tanzanie a déclaré que tout sera fait de concert avec les autorités tanzaniennes pour « ramener la petite fille ». En Tanzanie, les provinces de Mwanza, Mara et Shinyanga, situées dans le nord, sont tristement célèbres avec un nombre important de crimes rituels commis sur les albinos à qui des organes sont retranchés pour des sacrifices. Dans la plupart des pays africains où ces crimes ont lieu, les albinos sont traqués  à cause de puissances occultes que des superstitieux attribuent à leurs organes. De ses yeux M. Alvaro Rodriguez a vu en Tanzanie de petits albinos handicapés du fait que des parties de leurs corps ont été retirés. Près d’une vingtaine d’albinos sont tués chaque année depuis 2000 selon les chiffres du Pnud qui font état de plus 70 albinos tués de 2000 à 2014. Cette fois-ci, une réaction vigoureuse et répressive de ce type de crime s’avère importante pour dissuader les auteurs.