La Nouvelle Tribune

Gambie : la redoutable machine de Jammeh arrête de présumés acteurs

Espace membre

La chasse aux auteurs et complices du coup d’Etat manqué contre le régime de Yahya Jammeh est en marche.  La redoutable machine de yahya Jammeh, la National intelligence agency (Nia) a procédé à des dizaines d’arrestation de civils comme d’officiers qu’elle a soumise à des interrogatoires. Pendant ce temps certains officiers, plus chanceux, ont pu fuir en Guinée-Bissau.

La purge ainsi annoncée par ceux qui connaissent bien l’omnipotent chef d'Etat gambien a donc commencé bien qu’il ait ironiquement affirmé lui-même à la télévision nationale que les soldats de son pays lui sont restés loyaux et n'ont donc pas pris part à ce coup d’Etat qui aurait pu le condamner à l’exil à Dubaï où il était au moment de l’attaque.

Les personnes arrêtées a-t-on indiqué, se cachaient dans des maisons luxueuses de la capitale Banjul. Ils sont accusés d’être de mèche avec les putschistes. A Ces personnes actuellement aux mains des services de renseignements du régime de YAhya Jammeh devraient s’ajouter d’autres si on s’en tient à la pluie d’accusations qui s’abat sur Banjul depuis le coup d’Etat raté.

En tête des accusateurs, le président  gambien qui lui-même accuse certaines puissances occidentales de soutenir des terroristes et des dissidents basés sur leurs territoires. Accusation rejetée par les Etats-Unis, qui ont nié toute implication dans cette attaque après que les autorités gambiennes aient affirmé que des armes de fabrication américaine ont été retrouvées chez les assaillants.

Les mêmes services de renseignements gambiens auraient également permis de mettre la main sur des documents dont le plan de l’attaque. Selon les mêmes sources, des armes et des explosifs ont été arraisonnés, en grande quantité, au port de Banjul, dans des ballots de friperie.