La Nouvelle Tribune

Ecole du Patrimoine Africain : Baba Kéita passe le témoin à Samuel Kidiba

Espace membre

L’Ecole du Patrimoine Africain (Epa) a un nouveau directeur. Son nom, c’est Samuel Kidiba. Il est directeur général du patrimoine et archives de la République du Congo (Brazzaville). La cérémonie de passation de charge entre le directeur sortant Baba Kéita et le nouveau directeur élu, a eu lieu vendredi dernier à la salle de cours de l’Epa. 

Dans son allocution devant le personnel de l’Institution, Baba Kéita a d’entrée félicité son successeur puis a fait un bref point au sujet de la séance de travail qu’il a eu avec le Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi. Selon ses propos, il a été question du financement de l’Epa, des sources de financement et les stratégies pour gagner ce financement. « L’Epa est une institution autonome qui s’autofinance…» a déclaré Baba Kéita. Selon lui, de nouvelles sources de financements ont été développées et aujourd’hui, près de huit pays sont prêts à financer l’institution. Le plan stratégique de l’Epa sur les quatre à cinq années, la planification pour les années à venir, le travail fait sur les différents dossiers existants à l’Epa et l’ensemble des documents que le nouveau directeur doit avoir pour atteindre les nombreux défis qui l’attendent, n’ont pas été occultés par Baba Kéita. Il a évoqué aussi le projet d’amendement des textes de l’institution et la rencontre effectuée avec le maire de Porto-Novo et les têtes couronnées.

Il a enfin remercié tout le personnel pour le sacrifice consenti et particulièrement le responsable du comité de gestion qui a assumé la coordination à l’Epa. « Il faut avouer du fond de mon cœur que je suis arrivé cette semaine et j’ai eu affaire à des gens ouverts, d’une certaine disponibilité et j’ai redécouvert l’Epa  que j’ai connue depuis l’an 2002 » dira le directeur entrant, Samuel Kidiba. Il a parlé des nombreux défis qui l’attendent et pour lui, le directeur n’est rien sans ses collègues. Il a fait allusion à l’ancien directeur de l’Epa, Alain Godonou dont le nom est allé loin au-delà de l’Afrique. Pour terminer, il a rassuré ses collègues qu’il va suivre les pas de ses prédécesseurs. Intervenant au nom du personnel, Franck Ogou a félicité le directeur sortant pour tout ce qu’il a fait à la tête de l’Epa, même s’il va même parfois au-delà du réel. Il a rappelé au directeur entrant les grands défis qui sont les siens à la tête de l’institution et a enfin rassuré du soutien de tout le personnel. La cérémonie prendra fin avec la signature d’un procès verbal par les deux directeurs