La Nouvelle Tribune

Assassinat de Norbert Zongo : sa veuve réclame justice ici et maintenant

Espace membre

Tué alors qu’il enquêtait sur les réelles causes de la mort de David Ouédraogo, le chauffeur du frère du président Blaise Compaoré, le journaliste Norbert Zongo continue d’être vengé par ses proches. 

Seize ans après, tout un mystère entoure encore ce dossier. Exaspérée par cet état de chose, à l’occasion du seizième anniversaire de cet assassinat, sa femme Geneviève Zongo a lancé un retentissant appel à l’identification, l’arrestation et au jugement conséquent des commanditaires. Laissant entrevoir que les commanditaires et meurtriers de son mari sont du côté de ceux qui ont été chassés du pouvoir par la révolte populaire d’octobre dernier, Mme Zongo demande pour quelles raisons les autorités militaires ayant géré les heures chaudes de la révolte, les ont laissés s’échapper.

Ce dossier qui sera rouvert en dépit du non-lieu dont il avait été frappé en 2006, s’annonce pimenté pour le clan Compaoré. Pendant le soulèvement populaire, de précieux documents accablants ont été retrouvés au domicile de François Compaoré par des pilleurs qui s’y étaient rués. L’appel de Mme Zongo a d’ores et déjà reçu l’assentiment des autorités de la transition burkinabè. Le président Michel Kafando a lui-même estimé que le non-lieu de 2006 est stupide. Pour lui il n’y a pas de raison valable pour qu’un tel dossier soit banalisé. Cette position est également celle du premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida qui a promis que tous les proches de ceux qui se sont éteints sous les balles assassines du clan Compaoré auront gain de cause.