La Nouvelle Tribune

Départ des réfugiés politiques Burkinabès du Bénin : la Cpfg se réjouit d’une victoire sur l’impunité

Espace membre

Dans un communiqué rendu public ce   mercredi 12 novembre 2014,   la Convention Patriotique des Forces de Gauche (Cpfg)  qui avait  manifesté son opposition catégorique à l’exil en terre béninoise, de ceux qu’elle appelle « les criminels de l’équipe de Blaise Compaoré», en l’occurrence François Compaoré et ses proches, se réjouit de leur départ à destination de Paris qu’il qualifie de « victoire ».

COMMUNIQUE AU PEUPLE

Nous venons d’apprendre que les criminels de l’équipe de Blaise Compaoré, en l’occurrence François Compaoré et compagnie à qui Yayi Boni a accordé asile depuis le 02 novembre 2014, ont quitté le territoire national le dimanche 09 novembre 2014 à destination de Paris.

       Le Bénin est et restera toujours une terre d’accueil des vrais réfugiés des peuples frères et amis confrontés à des dictatures ou à des catastrophes naturelles. Les compatriotes réfugiés togolais, congolais, nigériens, tchadiens, burkinabé…. ont été et seront toujours les bienvenus dans notre pays, mais jamais les assassins des peuples et les criminels de sang.

Soutien au peuple Burkinabé : la Cpfg exige le rapatriement des membres du régime Compaoré en asile au Bénin

C’est à cet effet que, par la manifestation populaire sous forme de meeting organisée par la Convention Patriotique des Forces de Gauche (Cpfg) le 06 novembre 2014, le peuple Béninois a exprimé son rejet total d’accueil des assassins de Sankara et autres Norbert Zongo sur son sol. La presse l’a largement relayé.

  Sentant la terre brûler sous leur pas face à l’indignation du peuple Béninois de voir notre pays, notre terre natale servir de refuge à des criminels aussi connus que François Compaoré et son équipe, les intéressés et leurs parrains en l’occurrence Yayi Boni et François Hollande qui a avoué avoir tout fait pour exfiltrer Blaise Compaoré du Burkina, ont dû battre en retraite se rendant compte que la terre béninoise ne peut leur servir de refuge. Encore une fois, nous disons bravo au peuple Béninois. C’est le lieu de remercier tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à cette victoire : nous remercions en particulier les presses (écrites, radios, télévisions) nationales et internationales ainsi que les organisations démocratiques internationales d’avoir contribué à leur manière à cette victoire.

Non  à l’impunité des crimes politiques !

Non  aux assassins des peuples !

Cotonou, le 12 novembre 2014
Le Porte-parole
Jean Kokou Zounon